TranscriptaseRevue critique
de l'actualité scientifique internationale
sur le VIH
et les virus des hépatites

   
Recherche dans les archives Transcriptases avec google.
Les archives contiennent les articles parus dans les N° 1 à 137.
Les articles des n° 138 et suivants sont publiés sur
www.vih.org


n°115 - avril/mai 04

 


MICROBICIDES 2004 - Londres / 28-31 mars 2004

Les avancées de la recherche fondamentale

 

Roger Le Grand

service de neurovirologie, Commissariat à l'énergie atomique (Fontenay-aux-Roses)

 








 

Les axes essentiels dans le développement des microbicides sont la compréhension des premiers événements de l'infection à VIH, et la compréhension des mécanismes du virus pour franchir les barrières muqueuses. Les sessions de recherche fondamentale de la conférence de Londres étaient dédiées à la présentation de molécules candidates pouvant êtres incorporées dans des préparations microbicides, ainsi qu'aux approches in vitro et chez l'animal, en particulier les modèles simiens, permettant d'évaluer leur innocuité et leur efficacité.

Chez l'homme, des essais cliniques sont programmés avec le sulfate de cellulose (CS), le sulfonate de polysterene (PSS), et le sulfonate de poly-methelenehydroquinone (PMHS), qui inhibent la réplication des isolats primaires du VIH-1 dans des lignées monocytaires ou des cellules T primaires. Ces molécules agissent au niveau de la porte d'entrée du virus, en bloquant la fixation de la gp120 sur le CD4 et son interaction avec les corécepteurs. Cependant, le PSS et le CS possèdent également une activité inhibitrice après l'entrée du virus dans la cellule. Tous ces composés conservent leur activité en présence de fluides vaginaux1.
Les poly anions, comme le Dextrin-2-sulfate (D2S) ou le Pro2000 sont actuellement évalués dans des essais cliniques de phase II. Cependant, dans un futur microbicide, ils seront probablement utilisés en combinaison avec d'autres molécules inhibant le VIH. Il est donc important d'évaluer leur synergie avec d'autres classes de molécules. A faible dose, le Pro2000 possède une activité synergique de celle de l'anticorps monoclonal IgG1 b12 ou du peptide DP178 inhibant la fusion. En revanche, le D2S est un antagoniste. La réalisation de microbicides combinant plusieurs classes de molécules doit donc être réalisée avec précaution avant tout essai chez l'homme2.

Les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse représentent des candidats intéressants pouvant être associés à d'autres composés actifs dans un microbicide. Ces molécules pourraient cependant favoriser la transmission de variants viraux résistants, à l'exception peut-être de celles qui lient la transcriptase inverse avec une forte affinité, comme UC781 ou le TMC120. Enfin, le ténofovir, qui est un analogue nucléotidique, pourrait également représenter un bon candidat. En effet, dans les modèles primates, il bloque la transmission vaginale du SIV3.
La gp340 est une glycoprotéine scialiliée de haut poids moléculaire qui appartient à la famille des "Scavanger Receptor Cystein Rich" ou SRCR, présentes à la surface des cellules épithéliales et secrétées dans les muqueuses bronchiques (ainsi que dans les larmes et la salive). Cette molécule inhibe le VIH-1 en interagissant avec la gp120, et ce avec une affinité comparable à celle du CD4, sur un site de la boucle V3 qui recouvre partiellement le site de liaison au CCR5. Dans la muqueuse vaginale, la gp340 s'exprime essentiellement sous forme membranaire, moins active vis-à-vis du VIH que la forme soluble dont la sécrétion dans les fluides vaginaux est faible. Il est théoriquement possible d'incorporer dans un produit à visée microbicide une forme tronquée soluble qui conserverait ses propriétés antivirales4.

Certains patients exposés et non-infectés (HEPS) sécrètent des immunoglobulines A (S-IgA) spécifiques du VIH qui neutralisent, in vitro, l'infection des lymphocytes T, et bloquent la transcytose du virus dans des modèles de culture d'épithéliums muqueux. Les cellules B de 22 HEPS cambodgiens présentant une réponse IgA dans les sécrétions vaginales spécifique de la gp41 ont été utilisées pour réaliser une banque combinatoire de fragments Fab. Il est alors envisagé de reconstruire, à partir des clones sélectionnés, des IgA humaines qui bloquent la transmission virale, pour les incorporer dans un microbicide. La production en masse de ces molécules est envisageable à l'aide de culture de plantes génétiquement modifiées5.
Enfin, la muqueuse vaginale est naturellement colonisée par une flore lactique responsable, notamment, du maintien du pH acide, ce qui limite ainsi la transmission du VIH-1. Le concept MucoSep consiste en la réalisation de lactobacilles génétiquement modifiés pour exprimer des protéines antivirales comme le CD4 humain6.

L'absence d'effet irritant ou de toxicité pour la muqueuse exposée, ainsi que l'absence d'inflammation locale, sont les qualités majeures exigées d'un microbicide dont on suppose que son utilisation sera répétée et prolongée dans le temps. En effet, Gustavo Doncel7 a montré que l'expression locale de protéines inflammatoires, comme l'IL-1 alpha ou l'IL-6, favorise, dans les modèles in vitro, la réplication VIH.
Les coinfections locales sont également responsables d'une inflammation qui peut faciliter la réplication du VIH. Betsy Herold8 suggère que l'utilisation de microbicides, tel que le SAMMA, inhibant également des virus comme le HSV-2, pourraient contribuer à limiter la transmission du VIH. De la même manière, chez la femelle macaque, l'exposition préalable de la muqueuses vaginale à chlamydia trachomatis favorise la transmission expérimentale du SHIV89.6P (virus X4), chimère du SIV qui exprime l'enveloppe de l'isolat primaire 89.6 du VIH-19.

Le cellulose acétate phtalate (CAP) est un excipient utilisé dans les préparations pharmaceutiques (tablettes ou granules) qui est actif vis-à-vis de HSV-2 et qui inhibe, in vitro, l'infection par le VIH10. Chez le macaque, il protège de la transmission expérimentale du SIVmac251 par voie vaginale11. Ce composé possède aussi l'avantage de ne pas être irritant, et de ne pas détruire la faune microbienne commensale. Vingt minutes après application, le CAP est, d'après les observations en IRM, distribué uniformément à la surface de l'épithélium vaginal. Cependant, il ne persiste pas 24h après le traitement. Il est primordial que les modèles animaux développés reproduisent au mieux la transmission naturelle chez l'homme. Tom Folks12 a présenté la mise au point d'un modèle d'infection expérimentale du macaque par voie vaginale après une exposition répétée, hebdomadaire, à de faibles doses du SHIV162P3 (R5). Le CAP, appliqué avant chaque exposition au virus, protège les macaques après douze semaines consécutives d'exposition au SHIV, alors que les animaux témoins s'infectent dès la troisième semaine.
Enfin, le cycle menstruel peut-être déterminant dans la transmission du VIH. Les estrogènes ont pour effet d'épaissir la muqueuse vaginale et limitent ainsi, chez le macaque, la transmission vaginale du SIV. Les femmes traitées par le depo-medroxyprogestérone acétate (DMPA), un contraceptif antagoniste des estrogènes, possèdent un risque de transmission accrue du VIH. En revanche, chez la femelle macaque, le traitement préalable par l'estradiol appliqué localement, protège efficacement de l'infection. Preston Marx suggère ainsi que les crèmes à base d'estradiol pourraient être utilisées dans un microbicide13. Deux applications hebdomadaires pourraient suffire pour maintenir la muqueuse vaginale dans un état limitant la transmission du VIH.


1 - Klotman M et al.
"Spectrum of HIV1 inhibitory activity of sulfonated polymers, candidate topical microbicides"
02114

2 - Fowler K et al.
"Synergy between potential HIV1 microbicidal agents"
02560

3 - Wainberg M et al.
"The prospect for inhibitors as topical microbicides"
MMM-03

4 - Malamud D et al.
"GP340 : a novel microbicide from the innate immune system"
02435

5 - Bomsel M et al.
"HIV neutralizing IgA obtained by screening a phage-display FAB IgA library derived from HEPS women"
02437

6 - Lewicki J et al.
"Native vaginal lactobacilli engineered as a a delivery vehicle for anti-HIV protein microbicides"
02465

7 - Doncel G
"Cervicovaginal immunoinflammatory responses to microbicides and placebos"

8 - Herold B et al.
"Topical microbicides for the prevention of genital herpes : a major cofactor for HIV infection"
MIH-02

9 - Patton D et al.
"Establishing a Chlamydia+SHIV coinfection model in nonhuman primates : preliminary data"
02342

10 - Wallace G et al.
"Cellulose acetate phthalate inhibits HIV1 infection via different clades in cellular dendritic cell and human cervical explant models"
02508

11 - Boadi T et al.
"Safety and efficacy of cellulose acetate phthalate against vaginal transmission of simian/human immunodehiciency viruses in rhesus macaques"
02414

12 - Folks T et al.
"Low dose multiple challenge macaque model for evaluation of potential microbicides"
MT-01

13 - Marx P et al.
"Topical estrogen protects against SIV vaginal transmission without evidence of systemic effect"
MMM-02