TranscriptaseRevue critique
de l'actualité scientifique internationale
sur le VIH
et les virus des hépatites

   
Recherche dans les archives Transcriptases avec google.
Les archives contiennent les articles parus dans les N° 1 à 137.
Les articles des n° 138 et suivants sont publiés sur
www.vih.org


n°115 - avril/mai 04

 


VHB - VIH

Restauration des réponses immunes anti-VHB sous HAART

 

Fabien Zoulim

Service d'hépatologie et de gastro-entérologie, Hôtel-Dieu (Lyon)

 






Reconstitution of hepatitis B virus (HBV) – specific T cell responses with treatment of HIV/HBV coinfection
Lascar RM, Gilson RJ, Lopes AR, Bertoletti A, Maini MK
The Journal of Infectious Diseases, 2003, 188, 1815-9

Est-il opportun d'inclure, pour le traitement des coinfections VIH-VHB, des antiviraux spécifiques du VHB dans les traitements HAART ? Des résultats préliminaires parus dans JID montrent que ce type de traitement peut être à l'origine d'une restauration des réponses immunitaires spécifiques du VHB. Dans l'attente des résultats d'essais en cours sur des groupes importants de patients.

La problématique des coinfections VIH-VHB est de plus en plus importante, l'infection par le VHB augmentant de façon significative la mortalité due aux maladies hépatiques chez les patients infectés par le VIH1. Chez le patient monoinfecté par le VHB, il a été montré que l'un des déterminants majeurs de la chronicité de l'infection était le déficit de la réponse immunitaire T cellulaire contre le VHB2. Par ailleurs, certaines études réalisées avec la lamivudine et l'adéfovir dipivoxil ont montré que le traitement antiviral pouvait être à l'origine d'une restauration des réponses immunitaires spécifiques du VHB, avec une séquence d'événements particulière : baisse de la charge virale, suivie d'une reconstitution des réponses cellulaires CD4 spécifiques du VHB, puis des réponses CD83,4.
Dans le cadre de la coinfection VIH-VHB, de nombreuses questions thérapeutiques se posent. Actuellement, l'introduction d'antiviraux spécifiques du VHB dans les traitements antirétroviraux de type HAART (lamivudine, emtricitabine, adéfovir, ténofovir) est discutée, en fonction du statut clinique et virologique du VIH chez ces patients. Jusqu'à présent, aucune étude d'immunologie cellulaire n'avait été réalisée chez des patients coinfectés VIH-VHB. Il était pourtant important de savoir si un traitement de type HAART, avec ou sans anti-VHB, serait capable de restaurer des réponses immunes anti-VHB, et donc de contrôler la réplication virale, afin d'éviter les réactivations du VHB et des phénomènes de résistance qui peuvent être à l'origine d'une progression rapide et sévère de la maladie hépatique.

L'équipe de Lascar a ainsi analysé la reconstitution des réponses cellulaires T spécifiques du virus de l'hépatite B chez 5 patients coinfectés par le VIH et le VHB, sous traitement antirétroviral HAART comprenant ou non des antiviraux spécifiques du virus de l'hépatite B. Les auteurs concluent qu'une restauration des réponses immunitaires T peut survenir après une réduction de la charge virale du VHB. Les auteurs suggèrent que les résultats de leur étude sont en faveur de l'inclusion de molécules anti-VHB dans le traitement antirétroviral chez des patients coinfectés VIH-VHB.
Il s'agit donc d'une très belle étude, qui montre la possibilité de restaurer des réponses CD8, spécifiques de peptides d'enveloppe du VHB, principalement chez des patients ayant reçu un traitement HAART comprenant un anti-VHB (lamivudine ou adéfovir). Cette reconstitution des réponses CD8 ne s'accompagne pas d'une augmentation des transaminases, mais plutôt d'une réduction de leur niveau, accompagnée d'une baisse de la charge virale de 1,5 à 4,2 logs, et même d'une diminution des titres d'Ag HBs circulants.

Il faut bien entendu souligner le fait qu'il s'agit d'une étude de petite taille, ne portant que sur 5 patients, mais qui reflète la difficulté des études prospectives d'immunologie cellulaire. D'autre part, l'étude était restreinte aux patients ayant un haplotype HLA-A2. Il apparaît donc nécessaire de pouvoir confirmer ces résultats sur des groupes de patients plus importants.
Néanmoins, ces données préliminaires, si elles sont confirmées, pourraient représenter une base rationnelle pour un traitement HAART comprenant des drogues antivirales spécifiques du VHB, dans le cadre d'objectifs thérapeutiques plus ambitieux que sont la séroconversion HBe et même HBs, afin de contrôler, de façon durable, la réplication du VHB, et de réduire ainsi le risque de mortalité hépatique associé à la co-infection VHB. Des essais cliniques sont actuellement en cours pour répondre à cette question.


1 - Thio CL, Seaberg EC, Skolasky Jr R et al.
"HIV-1, hepatitis B virus, and risk of liver-related mortality in the Multicenter Cohort Study (MACS)"
Lancet, 2002, 360, 1921-6

2 - Bertoletti A, Naoumov NV
"Translation of immunological knowledge into better treatments of chronic hepatitis B"
J Hepatol, 2003, 39, 115-24

3 - Boni C, Bertoletti A, Penna A et al.
"Lamivudine treatment can restore T cell responsiveness in chronic hepatitis B"
J Clin Invest, 1998, 102, 968-75

4 - Boni C, Penna A, Ogg GS et al.
"Lamivudine treatment can overcome cytotoxic T-cell hyporesponsiveness in chronic hepatitis B : new perspectives for immune therapy"
Hepatology, 2001, 33, 963-71