TranscriptaseRevue critique
de l'actualité scientifique internationale
sur le VIH
et les virus des hépatites

   
Recherche dans les archives Transcriptases avec google.
Les archives contiennent les articles parus dans les N° 1 à 137.
Les articles des n° 138 et suivants sont publiés sur
www.vih.org


n°107 - avril 03

 


Edito n° 107

 

Gilles Pialoux


 








 

 

Au Nord comme au Sud, dans la lutte contre le sida comme dans celle contre les virus hépatotropes, il est un besoin toujours confirmé d'analyse critique de la littérature scientifique. C'est précisément la mission, depuis sa naissance en 1991, de Transcriptase. Désormais, et ce depuis le numéro 106, TranscriptaseS s'écrit, se réalise et se conçoit dans une dimension plurielle dont atteste le S. Un S synonyme de pluralité, qu'elle soit Nord /Sud, VIH / VHC / VHB, sciences sociales /sciences "dures", publications /témoignages... qu'entend désormais porter le comité de rédaction nouvellement (re)formé.
Illustration de cette approche "plurielle", le sommaire de ce numéro 107 de TranscriptaseS où il est question, pêle-mêle, des troubles et autres dysfonctionnements sexuels qui affectent certaines des personnes atteintes par le VIH qui ont accès aux nouvelles stratégies antirétrovirales ("Les liens entre traitement antirétroviral et dysfonctionnements sexuels masculins" dans ce numéro) ; où il est, aussi, question des tests diagnostiques sanguins censés contourner les difficultés d'acceptabilité, de faisabilité et de risques iatrogènes de la ponction biopsie hépatique ("Intérêt et limites d'un nouveau test de fibrose" dans ce numéro), voire des troubles métaboliques, toxicité mitochondriale oblige, observés avec certains dérivés nucléosidiques actifs contre le VIH ou contre le VHC.
Voilà pour le Nord, si l'on peut écrire. Côté Sud, nous avons ré-ouvert le dossier "accès aux traitements". Avant tout parce que nombre d'études commencent à démontrer (lire l'analyse d'un article de AIDS par B. et A. Cissé "L'Initiative sénégalaise d'accès aux ARV : des résultats à 18 mois encourageants") l'efficience des traitements antirétroviraux mis à disposition grâce aux différents programmes d'accès. D'autres publications, plus denses encore, à l'instar de la dernière livraison de l'ANRS sur l'accès aux antirétroviraux à Dakar au Sénégal ("Une analyse multidisciplinaire de l'Initiative sénégalaise" dans ce numéro) confirment la richesse des informations issues de tels programmes d'accès thérapeutique.
Mais "pluriel" ne signifie pas binaire. TranscriptaseS, tous s confondus, ne saurait limiter son contenu éditorial à un règlement bicéphale, bitonique de l'information scientifique. Les glissements Nord-Sud sont parfois évidents, à l'image de la transmission materno-foetale de certains virus. Parfois bien plus subtils. Imagine-t-on, pour ne citer qu'un exemple, quelle place auraient au Sud, des tests sanguins de fibrose hépatique reproductibles et peu coûteux et objets de débat contradictoire au Nord ? C'est précisément dans ce double balancement temporo-spatial que s'inscrit notre évolution.