TranscriptaseRevue critique
de l'actualité scientifique internationale
sur le VIH
et les virus des hépatites

   
Recherche dans les archives Transcriptases avec google.
Les archives contiennent les articles parus dans les N° 1 à 137.
Les articles des n° 138 et suivants sont publiés sur
www.vih.org


n°106 - janvier-mars 03

 


En bref

 

Agnès Roché-Durmort

(Crips)

 








 

 

Travail institutionnel...

Le jeudi 20 février 2003, à l'occasion du 22e sommet France-Afrique qui se tenait à Paris, le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan s'est adressé aux 52 chefs d'Etat africains réunis pour leur annoncer la création au sein de l'ONU d'une "commission de haut niveau sur le VIH/sida et la gouvernance en Afrique", et a consacré une partie de son intervention à la question des orphelins : "Je vous conjure d'accorder une attention plus soutenue à l'extraordinaire multiplication des orphelins du sida". Ces enfants "sont confrontés au plus sombre des avenirs. (...) Il serait impardonnable de laisser leur détresse se prolonger plus longtemps". www.aegis.com

L'Usaid a publié deux rapports sur le sujet en juillet 2002 (en anglais), rédigés par TvT Associates - The Synergy project. Le premier, troisième édition du rapport intitulé "Children on the brink 2002 : a joint report on orphan estimates and program strategies", fournit un état des lieux et une estimation chiffrée de la situation des orphelins dans le monde. www.dec.org
Le second, deuxième édition du rapport intitulé "Usaid project profiles : children affected by HIV/aids", présente les 77 initiatives soutenues par l'Usaid dans 24 pays en développement pour la prise en charge des enfants et adolescents "vulnérables". www.usaid.gov
En complément de ses propres publications sur le sujet, le site de l'Usaid fournit une bibliographie assez riche quoiqu'essentiellement anglophone sur cette question : "Selected resource material concerning children and families affected by HIV/aids". www.usaid.gov

L'Unicef a diffusé, le 26 novembre 2002, à l'occasion de la conférence qui se tenait à Windhoek, et qu'il coorganisait avec la Namibie, l'Onusida, l'Usaid, le Norad et Save the Children, un communiqué de presse qualifiant de "tout à fait insuffisante" l'aide mondiale octroyée aux enfants orphelins. Y étaient mises en avant quelques expériences réussies par le gouvernement en Namibie, par l'Uweso (Uganda Women's Effort to Save Orphans) en Ouganda, par le projet Sanga Metta en Thaïlande et par des organisations à base communautaire au Brésil. www.unicef.org
Les actes de la première conférence sur les orphelins et autres enfants vulnérables, qui s'était tenue à Windhoek du 08 au 10 mai 2001, sont téléchargeables sur le site du Synergy project. www.synergyaids.com
Par ailleurs, l'Unicef a publié en juillet 2002 une synthèse de 4 pages intitulée "Le VIH/sida et les enfants touchés par les conflits armés" qui fournit quelques faits, recommandations et exemples de programmes soutenus par l'Unicef. www.unicef.org

L'OMS, de son côté, a publié en décembre 2002 un rapport en anglais intitulé "Impact of Aids on older people in Africa, Zimbabwe case study" qui, à travers une étude menée au Zimbabwe, met en relief le rôle des personnes âgées dans la prise en charge des orphelins, et donc la nécessité de soutenir ces personnes pour qu'elles puissent l'assumer le mieux et le plus longtemps possible. www.who.int

... engagement des ONG...

L'ONG américaine Human Rights Watch, qui se consacre à la défense des droits de l'homme dans le monde, a publié en juin 2001 un rapport intitulé "Dans l'ombre de la mort : VIH/sida et droits des enfants au Kenya". www.hrw.org
En décembre 2002, la situation n'avait guère évolué ; un article de Libération daté du 26 décembre présentait la campagne menée par l'Unicef dans la presse locale à l'occasion des élections législatives pour encourager les candidats à s'engager en faveur de la prise en charge des orphelins. La campagne prenait la forme d'une pétition que les futurs élus étaient appelés à signer et qui disait : "Nous, soussignés, ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider à résoudre la crise des enfants orphelins du sida au Kenya. Nous ferons usage de notre vote au Parlement pour faire de cette question une priorité du programme de développement national du prochain gouvernement kenyan." La publication régulière des noms des signataires encourageant les indécis, l'Unicef avait réuni 307 signatures (sur 1035 candidats) à la veille de Noël.

En France, une association, Orphelins-sida-International, s'est créée en 2000 pour mettre en place des parrainages Nord-Sud pour les orphelins du sida et les personnes ou structures qui les prennent en charge. www.orphelins-sida.org

La Fondation François Xavier Bagnoud mène des actions d'aide aux orphelins en Afrique, en Amérique latine, en Asie et en Europe de l'Est. Un exemple : dans le district de Luwero, en Ouganda, l'Institute Project for Orphans and Children at Risk est déjà venu en aide à 3000 enfants répartis dans 50 écoles primaires et auprès de 800 familles d'accueil. La Fondation a aussi mis en place sur son site une pétition on-line intitulée "Signez notre filet de sécurité symbolique en faveur des orphelins du sida !" destinée à "inciter tous les gouvernements du monde à agir sans attendre le pire, en créant de toute urgence des structures d'accueil, de soins et de formation pour ces enfants [et] en appliquant et en respectant la convention des droits de l'enfant". www.fxb.org
Cette même fondation a créé un site spécifique consacré à la base de données "Aids Orphans Assistance Database - AOAD" qui fournit la liste des associations, organismes et individus qui font de la prise en charge des orphelins du sida à travers le monde. orphans.fxb.org

... et initiatives locales

Les initiatives locales sont trop nombreuses pour être toutes citées ici, mais en voici quelques exemples, glanés à travers quelques quotidiens de la presse africaine :

République Démocratique du Congo
Le Phare (Kinshasa) du 1er novembre 2002 propose une interview par Mireille Kabala de Metha Ilunga Yvonne, présidente de l'ONG Actos (Action Tosalisana) qui vient en aide aux orphelins de père et de mère sidéens (105 au moment de l'interview) en payant leurs études et en leur offrant des fournitures scolaires. L'association " encadre " aussi des "mamans maraîchères" en leur fournissant canetons, poussins et semences agricoles. Les jeunes filles "désoeuvrées" sont encouragées à fréquenter "un centre pour l'apprentissage de la coupe simple et rapide". Le soutien du PAM (Programme alimentaire mondial) permet de fournir de la nourriture aux enfants, et celui de la FAO de s'approvisionner en semences.

Sénégal
Un article du quotidien Le Soleil (Dakar) du 28 janvier 2003 narre l'émouvante cérémonie au cours de laquelle les enfants pris en charge par l'Aased, la jeune Association pour l'assistance des enfants en situation difficile, ont reçu cadeaux et dons divers. La présidente de l'association, Marie Cissé Thioye, a indiqué à cette occasion que, faute de moyens, elle n'avait pu s'occuper "que de douze enfants orphelins du sida qui sont suivis à l'hôpital et à domicile, de douze enfants en déperdition scolaire, de 100 enfants affectés par le VIH/sida et de 20 enfants de la rue" sur les 200 enfants recensés en situation difficile depuis la création de l'association. www.allafrica.com
Une dépêche d'IPS (Inter Press Service News Agency) du 17 décembre 2002 signale que, "grâce aux efforts de nombreuses associations caritatives et du gouvernement, "les malades du sida mineurs" bénéficient d'une prise en charge médicale totale avec la fourniture gratuite des antirétroviraux (ARV) par le biais de l'Initiative sénégalaise d'accès aux ARV (Isaarv)". Cependant, ""la prise en charge sociale des orphelins du sida de la part de l'Etat fait cruellement défaut", déplore le Dr Dominique Sambou, membre de l'association catholique Sida-Services, (...) qui assure déjà la prise en charge scolaire de 15 enfants infectés par le sida, en leur fournissant gratuitement tous les manuels dont ils ont besoin".
Quand Mme Cissé Thioye prône l'ouverture d'un centre d'accueil spécifique, le Dr Ngagne Mbaye, président de l'association Synergie pour l'enfance, une autre structure caritative qui œuvre depuis sept ans dans la prise en charge des orphelins du sida, estime au contraire que l'Etat devrait surtout éviter d'ouvrir des orphelinats pour les "enfants rendus vulnérables par le sida", rappelant que des expériences du même genre ont connu des échecs ailleurs en Afrique. Selon lui, "il faut plutôt opter pour une prise en charge sociale élargie qui vise à maintenir le malade dans son milieu familial et à travailler pour modifier le regard de la communauté vis-à-vis de cette couche vulnérable".
"Santé-Sénégal : Les orphelins du sida en quête d'une prise en charge sociale globale, par Abdou Faye". www.ips.org

Burkina Faso
Mars 2002 : un atelier national organisé à Tenkodogo réfléchissait sur la situation des orphelins et enfants vulnérables (OEV) et proposait des solutions. Les 17 et 18 février 2003, les cadres du ministère de l'Action sociale et de la Solidarité nationale se réunissaient à Loumbila, sur la base de ces conclusions, en vue de l'élaboration d'un cadre stratégique.
Juin 2002 : l'association SOS-sida lance une campagne de plaidoyer en collaboration avec onze associations, structures et réseaux de lutte contre la pandémie en faveur des orphelins et enfants vulnérables de la province du Kadiogo. Cette campagne vise à augmenter de 20% le taux d'inscription scolaire des OEV âgés de 5 à 18 ans pris en charge par les organisations à base communautaire dans le Kadiogo et d'assurer leurs fournitures scolaires. Une étude menée dans le cadre de cette campagne a montré que 2780 OEV sont pris en charge dans la province du Kadiogo par 17 associations. Le soutien financier de l'Agence canadienne de développement international (ACDI) a ainsi permis d'inscrire une trentaine d'élèves dans le primaire et une dizaine dans le secondaire, malgré les réticences de certains proviseurs.
24 octobre 2002 : Le Centre d'information de conseil et de documentation sur le VIH/sida et la tuberculose (CIC-DOC) lance son opération "aide à la scolarisation des orphelins et enfants vulnérables". Au Burkina, les statistiques montrent que les enfants ont 50% moins de chance d'être scolarisés s'ils ont perdu un parent et 90% s'ils sont orphelins de père et de mère. A l'heure actuelle, 350000 enfants burkinabè ont déjà perdu au moins un de leurs parents à cause du Sida et plus de 20000 sont eux-mêmes infectés. Pour pallier cette situation, le CIC-DOC a donc remis des manuels et fournitures scolaires à 72 associations de lutte contre le sida basées dans 25 provinces au profit de 10000 OEV, grâce à la contribution des ambassades des Pays-Bas, du Danemark, de la France, de la GTZ, de l'Unesco, du PNUD, et de DED.