Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 64

vers sommaire

Actualités scientifiques

Les risques du tabagisme chez les personnes VIH

par Bertrand Dautzenberg / pneumologue, hôpital Pitié-Salpétrière (Paris)

Smoking-related health risks among persons with HIV in the strategies for management of antiretroviral therapy clinical.
Alan R. Lifson, MD, MPH, Jacqueline Neuhaus, MS, Jose Ramon Arribas, MD, Mary van den Berg-Wolf, MD, Ann M. Labriola, MD, et Timothy R.H. Read, MBBS for the INSIGHT SMART Study Group.
Trial Am J Public Health. 2010; 100: 1896–1903.

Les auteurs ont cherché à chiffrer les risques liés au tabagisme chez les sujets VIH-positifs, dont on sait que la prévalence du tabagisme est plus élevée que celui de la population générale.

L’étude a porté sur 5472 personnes infectées par le VIH provenant de 33 pays inclus dans les bases des essais cliniques de traitements antirétroviraux.

Les auteurs ont évalué la relation entre le statut tabagique et le développement des maladies liées et non liées au sida et la mortalité globale.

Parmi tous les participants, 40,5% étaient des fumeurs et 24,8% étaient d'anciens fumeurs.
Chez les fumeurs, le RR ajusté de mortalité globale est de 2,4 (1,4-3,9), p <0,001 ;
• le RR ajusté des maladies cardiovasculaires est de 2,0 (1,3-3,1), p <0,002 ;
• le RR ajusté de cancer non lié au SIDA 1,8 (1,2-2,8), p<0,008 ;
• le RR ajusté de pneumopathie bactérienne est de 2,3 (1,6-3,3), p <0,001 ;
• le RR ajusté de maladies opportunistes n’est pas significativement augmenté =1,3 (0,9-1,9).

Le risque attribuable au tabac est de 24,3% pour la mortalité globale, 25,3% pour les maladies cardio-vasculaires majeures, 30,6% pour les cancers non liés au SIDA, 25,4% pour la pneumonie bactérienne.

Les auteurs concluent que le tabagisme contribue à la morbidité et augmentent la mortalité des patients infectés
par le VIH. Le sevrage tabagique doit être systématiquement intégré dans le soin aux patients VIH.

En France un essai en cours, l’essai ANRS 144 InterACTIV étudie l’apport de la varénicline dans le sevrage des patients VIH.