Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 64

vers sommaire

Actualités scientifiques

Suivi de patient substitués par méthadone : les chiffres parlent d’eux-mêmes

par Yann le Strat / addictologue, Hôpital Louis Mourier (Colombes)

25-year follow-up of patients admitted to methadone treatment for the first time: Mortality and gender differences.
Jimenez-Treviño L, Saiz PA, García-Portilla MP, Díaz-Mesa EM, Sánchez-Lasheras F, Burón P, Casares MJ, Marina P, Gutiérrez E, Bobes J. A 
Addict Behav. 2011 Dec;36(12):1184-1190

159 patients traités par méthadone. 25 ans de suivi. 106 patients décédés. Un Indice Comparatif de Mortalité (en anglais SMR, pour Standardized Mortality Ratio) estimé à 22.51, c'est-à-dire une mortalité plus de 2000% supérieure à celle observée en population générale...

Les résultats de cette petite étude ibérique sont troublants, et rappellent à quel point les usagers d’héroïne sont exposés à une mortalité importante, y compris après s’être engagés dans des processus de soins. Les patients inclus dans ce travail font partie des tous premiers usagers de drogue à avoir bénéficié de traitements substitutifs, au début des années 80.

Leurs résultats ne sont malheureusement pas surprenants compte tenu de la littérature évaluant la mortalité de patients consommant de l’héroïne. La mortalité à 20 ans varie entre 20 et 50% selon les travaux, chez des patients bénéficiant de soins.

Dans le présent travail, les femmes bénéficient d’un pronostic moins sombre, puisqu’aucune des survivantes ne consommait plus d’héroïne, contre 32,5% des hommes qui en consomment encore. Près de la moitié des survivants sont séropositifs pour le VIH (47,2%), et 8 patients sur 10 ont des sérologies hépatites B ou C positives (81,1%). Ces résultats extrêmement sombres ne doivent pas faire oublier d’une part la mortalité et la morbidité encore plus importantes des patients ne bénéficiant pas de soins, et d’autre part l’évolution globalement favorable du pronostic de l’usage de drogue au cours des 20 dernières années. Gageons qu’une étude incluant des patients commençant un traitement substitutif en 2011 aura une conclusion autrement plus favorable dans 25 ans.