Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 60

vers sommaire

Edito n°60

par Gilles Pialoux et Didier Jayle

Ce numéro de Swaps marque à la fois un numéro anniversaire - celui des 40 ans de la loi de 1970 - et une nouvelle ère qui s’ouvre pour la revue avec le soutien, désormais, des laboratoires Reckitt Benckiser. Et, en guise d’anniversaire, cette question : quarante ans, c’est formidable pour un cognac, mais l’est-ce pour une loi qui criminalise l’usage personnel de drogues et ne fait aucune différence entre les produits ? Pourtant, malgré moult déclarations et tentatives pour changer cette loi, les réformateurs ont échoué, tant sous l’égide de gouvernements de droite que de gauche. La loi la plus sévère des Etats de l’Union européenne reste inchangée, seules des circulaires de politique pénale orientant son application dans un sens tantôt plus libéral, tantôt plus répressif.

Un anniversaire auquel nous consacrons deux numéros, la première partie fixant le cadre historique de cette loi de santé publique à connotation "liberticide" qui doit beaucoup, précisément, au vent de liberté qui soufflait en France à la fin des années 1960 dans le sillage de mai 68 et du "power flower" entre Ibiza et l’île de Wight (lire l’article de Jimmy Kempfer), ainsi qu’au contexte médiatique (lire l’article de Vincent Benso)...

Sans qu’on sache aujourd’hui précisément - à part pour son caractère emblématique ? - pourquoi cette loi est une des seules dans notre champ à s’être imposée par sa datation et non par le nom de celui ou de ceux qui l’ont porté politiquement - en l’occurrence Robert Boulin, Pierre Mazeaud et Alain Peyrefitte (lire l’article de Didier Jayle). Où l’on voit comment l’instrumentalisation de la prétendue permissivité d’une société a permis d’accoucher d’une loi qui fixe depuis quarante ans les débats opposant Santé et Justice (lire l’analyse d’Anne Coppel), même si son application a évolué au fil du temps (voir l’article de Catherine Katz)...

Pour compléter cette livraison forcément rétrospective, le n° 61 de Swaps, à paraître fin décembre (la Loi fut adoptée le 31 décembre !), se penchera sur le présent et l’avenir de la loi de 1970, à travers des entretiens avec les présidents passés et présents de la Mildt, le point de vue des associations, un tour d’horizon des législations souvent bien différentes de nos voisins européens, et pour finir la montée en puissance, en particulier en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis et en Amérique latine, du mouvement antiprohibitionniste.