Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 57

vers sommaire

Hommage

Merci Samuel

Le 14 décembre 2010, le Dr Samuel Werebe, psychiatre, psychanalyste, intervenant en toxicomanie nous a quittés. En 2007, la mort de sa merveilleuse épouse, Mariña, après soixante ans de vie commune si peu commune, avait précipité sa maladie d’Alzheimer.
Samuel était un honnête homme du XXe siècle. Sa culture universelle, fondée sur de riches racines biélorusses, brésiliennes et françaises, accompagnée d’humour juif ashkénaze, nous ravissait.
Bien au-dessus de la question de l’identité nationale. Son humanisme, sa force tranquille, l’avaient orienté vers les jeunes toxicomanes. Il fut de toutes les initiatives, toujours dans l’ombre et la discrétion : free clinics en Californie, centre de l’Abbaye à Paris, centre Monte-Cristo à Laennec et, enfin, clinique Montevideo-Institut Maurice de Rothschild à Boulogne-Billancourt. Aux premiers temps du sida, il avait été un des rares psychiatres spécialisés à se renseigner sur l’infection et à venir voir ses patients hospitalisés. Afin de pouvoir en parler en connaissance et les en protéger. Aux premiers temps de la "méthadone accessible", il nous avait rejoints dès l’ouverture de Monte-Cristo. En staff, quand nous nous envolions trop loin, son accent nous ramenait sur terre : "il faut que le patient soit content" ou "la vie est faite de quotidien" étaient devenues des phrases culte.
Enfin, en 2003, il suivit notre départ de l’AP/HP, pour se lancer dans l’aventure du développement de la Médecine des addictions avec la nouvelle équipe de la clinique Montevideo. Il y consulta jusqu’en 2007, déjà inquiet de ses troubles de mémoire, pour ses patients, bien plus que pour lui.
Il précisait cependant : "Je ne comprends pas ce que vous voulez faire avec ce concept d’addictologie"...
Un homme magnifique, un psychiatre universel, un intervenant protecteur, nous laisse en héritage l’intelligence de sa douceur. Merci Samuel. Tes patients t’aimaient. Nous aussi.

William Lowenstein