Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 51

vers sommaire

Actualité

Le nouveau plan gouvernemental de lutte contre les drogues

Le plan gouvernemental 2008-2011 de lutte contre les drogues et les toxicomanies, présenté début juillet, comprend près de 200 mesures et recommandations en termes de prévention, répression, soins, recherche et coopération internationale1. Ces mesures sont envisagées sur cinq axes - prévention ; application de la loi ; soin, insertion, réduction des risques ; formation, recherche ; international. "La priorité en matière de prévention doit être d’éviter les entrées en consommation de drogues", assure le plan gouvernemental. Au niveau de l’abus d’alcool et des pratiques de "défonce" venues notamment de Grande-Bretagne, le plan insiste sur la nécessité "d’interdire l’offre, dans les lieux publics, et la vente de toute boisson alcoolique aux jeunes de moins de 18 ans" comme cela a été rendu largement public par la ministre de la santé Roselyne Bachelot.
Sur le plan répressif, le plan gouvernemental entend lutter en France même contre "la culture illicite de cannabis et le détournement de médicaments psychotropes" qui "alimentent le marché de la drogue" et veut mieux surveiller le commerce de la drogue sur internet. Il déplore également qu’"en dépit d’évolutions juridiques notables, les sommes confisquées en France dans le cadre d’affaires de stupéfiants restent très en-deçà des résultats obtenus par plusieurs de nos voisins européens" et prévoit d’élaborer "de nouveaux outils juridiques et de mécanismes de gestion de l’argent et des biens saisis", notamment par le biais d’accord bilatéraux.
Concernant les soins, l’insertion sociale et la réduction des risques, le gouvernement veut renforcer les capacités d’hébergement, notamment par le développement de nouvelles communautés thérapeutiques. Il prévoit de nouvelles modalités de prise en charge des usagers de cocaïne et des actions ciblées auprès des détenus et des femmes enceintes ainsi qu’un dispositif de réduction des contaminations par le VHC.
"Nous savons aujourd’hui que nous n’en aurons jamais fini avec les drogues", a souligné Etienne Apaire, actuel président de la Mildt, lors d’une conférence de presse. Le plan, a-t-il indiqué, vise donc "à donner à l’ensemble de la société la force de dire non", en particulier "en clarifiant le discours public par des campagnes de communication" destinées aux jeunes mais aussi aux parents.
La Fédération française d’addictologie (FFA) a regretté que le plan "n’échappe pas aux contradictions qui traversent nos sociétés quant aux conduites d’addiction" et que le tabac en soit "absent"2. La FFA salue en revanche dans le plan notamment "la nécessité d’intervenir précocement", l’accent mis sur la recherche et la formation, la prise en compte de la nécessité d’une action internationale, et "le parti pris de clarté", avec déclinaison en fiches et volonté d’évaluer régulièrement le plan.
De leur côté, l’Anitea (Association nationale des intervenants en toxicomanie et addictologie, ex-Anit) et la Fédération des acteurs de l’alcoologie et de l’addictologie (F3A)3 jugent que le plan "promeut une réorientation de l’approche préventive basée essentiellement sur un rappel de la dangerosité et de l’interdit, là où il faudrait une refondation de l’éducation préventive". Pour eux, cette éducation préventive devrait mettre "concrètement au centre de son travail le lien à l’autre, mis à mal par l’évolution sociétale et permettant que s’établissent et s’apprennent les limites et les repères". Prenant acte de la "reconnaissance" de leur travail, ils affirment qu’ils resteront "vigilants quant aux conditions de mise en oeuvre des mesures annoncées".
Pour sa part, Fabrice Olivet juge sur le site d’Asud4 que le plan "fait dans le sérieux, le technique. Et n’en déplaise aux critiques, dans la continuité". Mais pour lui, le problème est ailleurs : "Les consommateurs ne sont pas les destinataires du plan qui sont, par ordre de préséance, les partis politiques, les associations familiales, les personnels en charge du secteur, les policiers et les douaniers." (avec AFP)


1 voir sur www.drogues.gouv.fr

2 www.addictologie.org

3 www.anitea.fr

4 www.asud.org