Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 51

vers sommaire

Une enquête sur les profils et les pratiques des usagers des Caarud

par Nestor Hervé

L’OFDT a mené fin 2006 la première enquête nationale ENa-Caarud dans les 114 structures reconnues comme Centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues afin de disposer d’indicateurs de suivi du nombre et des caractéristiques des consommateurs de drogues ayant recours à ce dispositif. Les personnes qui fréquentent ces structures de réduction des risques sont, en majorité, des polyusagers de drogues en situation de précarité sociale.
Les principaux résultats de cette enquête ont été présentés par Abdalla Toufik en mai à Barcelone à l’occasion de la conférence de l’IHRA, et sont résumés dans le n° 61 de la revue Tendances1.
L’enquête a été menée de manière exhaustive sur une semaine. Sur les 4651 questionnaires remplis, 4197 ont été conservés après identification des doublons et exclusion pour non respect du protocole.
Les principales données concernant le profil des usagers sont une représentation plus forte des femmes parmi les jeunes générations (plus de la moitié chez les moins de 20 ans), associée à un niveau de précarité supérieur aux hommes (43% vs 33%).
La précarité est justement l’autre caractéristique retrouvée, avec 77,1% d’usagers en situation précaire modérée ou forte. Près d’un usager sur deux est sans domicile fixe ou habite dans un logement provisoire, et la moitié des usagers ne vivent que des prestations sociales.
Au chapitre des consommations, le principal enseignement de l’enquête est le classement de la buprénorphine (BHD) en tête des produits posant le plus de problèmes aux usagers des Caarud, avec 19,2% des réponses, devant l’alcool (16,5%), l’héroïne (14,8%) et le cannabis (14,5%).
Dans le domaine des pratiques, près de sept usagers sur dix (68,7%) ont utilisé la voie intraveineuse au moins une fois. Autre fait notable, le niveau élevé de partage des matériels d’injection, qui concerne un usager sur cinq au cours du dernier mois, quel que soit le produit injecté. De plus, ce niveau est plus élevé chez les usagers les plus jeunes, avec des prévalences de partage allant de 25% à 50% selon le matériel considéré chez les moins de 20 ans.
Enfin, les facteurs fortement associés à la contamination par VIH ou VHC sont le partage de seringues, l’âge et la précarité.

 

Fréquence de citations des produits
posant le plus de problème à chaque
usager des Caarud en 2006 (n = 3 149)

Source : Ena-Caarud 2006/OFDT, DGS

produit

citation %

BHD

19,2

alcool

16,5

héroïne

14,8

cannabis

14,5

cocaïne

9,7

crack/free base

9,1

sulfate de morphine

6,7

benzodiazépines

3,3

méthadone

2,0

amphétamines

1,3

ecstasy

1,0

autres

1,9

total

100


1 Première enquête nationale sur les usagers des Caarud
Abdalla Toufik, Agnès Cadet-Taïrou, Éric Janssen, Michel Gandilhon
Tendances n°61, mai 2008