Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 50

vers sommaire

Brèves n°50

Les modalités de mise en place des Csapa
La Direction générale de la santé a envoyé le 28 février aux préfets de région et de département la circulaire relative "à la mise en place des centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) et à la mise en place des schémas régionaux médico-sociaux d’addictologie". Y sont détaillées les missions des Csapa ainsi que l’ensemble des modalités de mise en place parmi lesquelles celles de fonctionnement, de suivi, d’évaluation, de prescriptions, d’hébergement et de vaccination contre le VHB.

Craintes après l’interdiction des "poppers"
Le président du syndicat national des entreprises gaies (SNEG), Gérard Siad, craint que la décision annoncée en novembre d’interdire la fabrication et la vente de tous les produits contenant des nitrites d’alkyle (dont celui d’amyle), connus sous le nom de poppers, n’entraîne les consommateurs à se tourner vers les nitrites de butyle et de pentyle, déjà interdits en France, qui sont en vente sur internet et présenteraient plus de risques sanitaires.
Le SNEG a déposé deux recours devant le Conseil d’État dont le premier a été rejeté. Utilisés dans la communauté gay et aussi par les publics jeunes des discothèques, les poppers provoquent un effet euphorisant de très courte durée.

Douanes : plus de cocaïne et moins de cannabis saisis en 2007
Le ministre du budget Eric Woerth a détaillé le 20 mars les saisies des douanes pour 2007 et notamment celles de stupéfiants. Leur quantité totale est en retrait, passant de 60,4 tonnes à 49,7 tonnes en 2007, une baisse due essentiellement à la diminution des prises de résine de cannabis (-29,8%). En revanche, l’année 2007 a été marquée par une progression significative des saisies de cocaïne (+28,5%) et d’amphétamines (+281%), et par des saisies record de produits servant à fabriquer l’ecstasy ou la méthamphétamine (plus de 5 tonnes).

La RdR dans la loi suisse
Le Parlement suisse a approuvé le 20 mars à une très large majorité la révision partielle de la loi sur les stupéfiants qui entérine la politique dite "des quatre pilier" (répression, prévention, traitement et réduction des risques). Cette avancée reste néanmoins sous la menace d’un référendum lancé par le parti populiste UDF/EDU.
Le Groupement romand d’études des addictions, qui "se félicite de ce pas décisif en direction d’une politique cohérente et programmatique sur les drogues illégales", craint qu’un rejet de ce texte en référendum ramène à la situation de la fin des années 1980.

Empoisonnements au plomb liés à du cannabis en Allemagne
Des dizaines de cas d’empoisonnement au plomb ont été observés ces derniers mois principalement dans la région de Leipzig. D’autres cas ont été relevés, notamment à Munich et à Vienne, en Autriche. Un article publié le 10 avril dans le New England Journal of Medicine expose les cas de 29 patients admis dans 4 hôpitaux de la région de Leipzig avec les signes et symptômes d’une intoxication par le plomb, chose qui ne s’était pas produite en Allemagne depuis plusieurs décennies. Tous les patients étaient des consommateurs réguliers de cannabis et du plomb, probablement ajouté par des trafiquants pour augmenter poids et profits, a été détecté dans le cannabis appartenant à quelques-uns d’entre eux. Un avertissement a été émis par les autorités. Plusieurs organisations ont demandé la possibilité pour les consommateurs de faire pousser leur propre cannabis afin de réduire les risques.

Un spray au cannabis contre la douleur en Catalogne
La région de Catalogne a annoncé début avril l’autorisation d’un spray contenant du cannabis pour soulager certains malades graves ou chroniques, au vu des résultats d’un essai clinique. Selon les conclusions de cet essai effectué entre 2006 et 2007, "presque la moitié" de 207 patients souffrant de vives douleurs ou de nausées ont réagi positivement. Six hôpitaux ont participé à cet essai ainsi que 75 pharmacies qui ont aidé les patients à définir les doses quotidiennes.
Déjà commercialisé au Canada, ce médicament ne pourra être administré que sur prescription médicale.

Moïse, le Vatican et les hallucinogènes
Dans une interview publiée dans L’Osservatore romano, journal officiel du Vatican, dimanche 9 mars, l’archevêque Gianfranco Girotti, régent de l’organisme chargé de se prononcer sur les péchés et les pénitences, a notamment condamné la consommation de drogues, "qui affaiblit l’esprit et obscurcit l’intelligence". Une semaine plus tôt, dans un article publié par Time and Mind, un journal consacré à la philosophie, Benny Shanon affirmait que la consommation de psychotropes faisait partie intégrante des rites religieux évoqués par le livre de l’Exode dans la Bible. Selon le professeur au département de psychologie cognitive de l’Université de Jérusalem, Moïse était sous l’effet de puissants hallucinogènes lorsqu’il a présenté les Dix Commandements au peuple juif à sa descente du Mont Sinaï. Il existe dans les déserts du Sinaï égyptien et du Néguev israélien des plantes hallucinogènes toujours utilisées par les bédouins.

Des plantations de coca transgénique au Brésil
Les autorités brésiliennes ont découvert pour la première fois des plantations de coca obtenu par modification génétique afin de les adapter au climat du pays, a rapporté l’agence de presse publique Agencia Brasil. La présence des cultures de cette plante, qui sert à fabriquer la cocaïne, a été décelée en pleine forêt amazonienne près de la frontière avec le Pérou, grâce à des images prises par satellite. Selon la police, il s’agissait d’une espèce transgénique de coca, parfaitement adaptée aux conditions climatiques. Aucune plantation de coca n’avait été découverte jusqu’ici au Brésil.

Le nombre de fumeurs espagnols en nette baisse
Plus de 1,2 million de personnes ont arrêté de fumer en Espagne deux ans après l’entrée en vigueur d’une loi anti-tabac interdisant de fumer sur les lieux de travail et partiellement dans les bars et restaurants, selon des estimations diffusées début janvier. Cette baisse n’est pas seulement la conséquence de la loi, car "avant son entrée en vigueur, 350000 personnes arrêtaient de fumer chaque année", a précisé Rodrigo Cordoba, porte-parole du Comité national de prévention du tabagisme, organisme à l’origine de ces estimations.