Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 50

vers sommaire

Edito n°50

par Gilles Pialoux

Cette 50e livraison de Swaps est celle des tendances ! A commencer par celle que nous offre régulièrement le rapport Trend, avec un "T" comme tendance précisément. Dernier rapport présenté par Agnès Cadet-Taïrou et qui montre très clairement un "retour" de l’héroïne, avatar probable de la banalisation tant du produit lui-même que de l’épidémie VIH.
Autres tendances saisissantes notées dans ce rapport : le brouillage croissant des espaces et des modes d’usage où dominent le rajeunissement et la féminisation de l’usager(e) et le poids de plus en plus lourd du précaire dans les consommations de drogue. Précarité liée à l’usage, aux migrations (notamment en provenance de l’Europe de l’Est), aux polyconsommations... Tendance qui s’inscrit dans le contexte de mutation de l’hôpital public sous la pression comptable, qui le conduit à préférer le non-précaire au précaire, le programmé au non-programmé et plus globalement le patient "rentable" au patient "non rentable". Avec pour possible cible privilégiée la frange la plus atteinte et la plus précaire des usagers ou anciens usagers.
Autres tendances, celle de la "sensibilisation aux dangers de l’usage de stupéfiants" imaginée par le législateur par le biais de stages, un dispositif qui a déjà fait couler beaucoup d’encre mais reste pour l’heure virtuel 'voir l'article "Stages desensibilisation : le cahier des charges "), ou encore celle d’un nécessaire recours à la formation et l’information pour ceux, notamment soignants, qui prennent en charge les usagers de drogues.
Enfin, il ne saurait y avoir de Swaps sans une tendance historique, et Jimmy Kempfer s’est attelé à une petite histoire des sevrages d’opiacés avant l’avènement de la maintenance. Une épopée qui va de Diagoras de Melos, au IVe siècle avant JC, à William Burroughs en égrenant au passage un éventail plus ou moins farfelu et inquiétant de recettes - jusqu’aux "cures d’anéantissement" - et autres prétentions éphémères à régler définitivement le problème de la dépendance.