Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 45

vers sommaire

Edito n°45

par Gilles Pialoux

Ce n’est pas un de ces débats binaires dont la pré-campagne présidentielle est friande1... De fait, et sans doute ceci expliquant cela, le plan 2007-2011 pour la "prise en charge et la prévention des addictions", adopté fin novembre en conseil de ministres, n’a pour l’heure guère suscité de réactions.
Un plan marqué par son champ d’action XXL qui recouvre en grande partie les missions de la Mildt puisqu’il y est question de tabac, d’alcool, de drogues illicites, de médicaments... et, dernière née, de l’addiction "type française-des-jeux". Un plan marqué aussi par une enveloppe budgétaire conséquente (385 millions d’euros sur 5 ans, selon le ministre), issu d’un rapport d’experts copieux avec ses cinquante propositions et pourvu d’une commission ad hoc de suivi - la "commission nationale addictions".
Swaps s’est penché sur le dit rapport et sur les recommandations du plan ministériel. En première lecture, les six priorités fleurent bon le consensus et l’attente des échéances électorales de 2007 : "renforcer la formation des professionnels", "développer la prévention", etc.
L’un des cinq auteurs du rapport, Alain Morel, a bien voulu exprimer pour Swaps son ressenti face au devenir de son travail d’expertise pour le ministère. Selon lui, nonobstant la mise en place des Csapa2, "le volet médico-social du plan est une coquille vide" et on assiste à une "surmédicalisation" de la prise en charge des addictions. Il est vrai que la prévalence du VIH d’avant la réduction des risques, l’importante comorbidité liée à l’hépatite C et les traitements de substitution ont fortement médicalisé la prise en charge des usagers de drogue ; médicalisation qui, pour Alain Morel, ne devrait être qu’une composante parmi d’autres de cette prise en charge.
Plus que la lecture des priorités du plan, l’interview d’Alain Morel permet d’ouvrir ce débat. Avec, par exemple, la question de la prise en charge de l’addiction sur la liste des affections à 100% (ALD30), soulevée par les experts mais non prise en compte dans le plan...



1 Swaps reviendra sur la campagne en questionnant les candidats sur la question des drogues.
2 Centres de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie.