Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 40/41

vers sommaire

2e CIFCOT

Irlande sans tabac: une bouffée d'Eire

par Claudine Vallauri

Le 29 mars 2004, l'Irlande est devenue le premier pays à introduire une loi qui interdit de fumer dans les lieux publics, y compris dans les restaurants et les pubs. Plus d'un an après cette mesure, quel est le bilan de cette action spectaculaire ? Si l'on en croit les résultats présentés lors de la 2e Conférence internationale francophone sur le contrôle du tabac (Cifcot), cela fonctionne plutôt bien !

Lors de la 2e Cifcot, qui s’est tenue en septembre à Paris, une séance plénière était consacrée au tabagisme passif1. Ce fut l’occasion pour le Docteur Patrick Doorley (directeur santé des populations au Health Service Executive, Irlande) de présenter les résultats des premières évaluations un an après l’entrée en vigueur de l’interdiction totale de fumer dans les lieux publics irlandais. Afin de tirer des leçons pour la pratique de cette expérience, considérée d’ores et déjà comme une réussite pour la santé publique, il a également retracé le contexte et les différentes étapes qui ont précédé la mise en application de cette mesure.

Un long travail préparatoire
La loi de 2004 fait suite à une évolution progressive de la législation irlandaise de contrôle du tabac. Les mesures d’interdiction et de limitation d’accès et d’usage se sont particulièrement renforcées au cours des dix dernières années:

En 2003, à la suite de la publication d’un rapport scientifique sur les effets sur la santé de la fumée ambiante2, le ministre de la santé annonce clairement son intention d’interdire de fumer sur tous les lieux de travail. Un débat national s’instaure sur l’étendue que doit prendre cette interdiction. La réaction des propriétaires de pubs et de restaurants est véhémente. Durant plus d’un an, la question occupe le débat public, fortement relayée par les médias (plus de 6000 articles dans la presse irlandaise sont consacrée au projet de loi d’interdiction de fumer).
Les arguments en faveur de l’interdiction totale portent sur les risques sur la santé liés au tabagisme et à l’exposition à la fumée ambiante, le droit à la protection de leur santé pour tous les employés sur le lieu de travail et particulièrement des employés du secteur de la restauration, très exposés à la fumée ambiante. S’y ajoutent le rappel de l’inefficacité de la ventilation et le fait que de nombreux fumeurs souhaitent arrêter, un environnement sans fumée constituant un contexte favorisant.
Une étude et une revue de la littérature scientifique3 portant sur l’impact économique potentiel pour le secteur de la restauration montrent que les expériences d’interdiction n’ont pas de conséquences négatives sur l’économie, réfutant ainsi les arguments de l’industrie du tabac et les craintes des professionnels de la restauration.
Les études menées en 2003 auprès de l’opinion publique mettent en évidence que 81% des Irlandais (y compris 61% des fumeurs) se déclarent favorables au respect de l’interdiction de fumer dans les bars et les restaurants. Parmi les personnes fréquentant les bars, trois sur quatre sont des non-fumeurs. Plus de 60% des fumeurs envisagent de continuer à fréquenter les pubs pour boire un verre même une fois l’interdiction de fumer en vigueur.
Six mois avant l’entrée en vigueur de la loi, l’Office of Tobacco Control (OTC) mène une campagne médiatique en deux phases : la première a pour but de sensibiliser le public sur les bénéfices d’un environnement plus sain, la deuxième fait la promotion du respect de la loi. Des guides pour aider les employeurs et les responsables de bars et de restaurants dans la mise en oeuvre de la loi ont ainsi été diffusés par l’OTC.

Le public favorable
Depuis mars 2004, la loi est en vigueur. Elle interdit de fumer dans tous les lieux de travail couverts; son objectif premier est bien sûr de protéger de l’exposition à la fumée ambiante4.
L’OTC a mené diverses études de suivi et d’évaluation de la loi. Un rapport5 fait un bilan à un an du respect de la loi, de l’adhésion du public, des bénéfices pour la santé.
L’opinion publique est majoritairement favorable à la loi :

Toutes les inspections montrent une forte application de la loi : plus de 94% des lieux de travail sont non-fumeurs (sur près de 35000 contrôles menés), 93% des bars et restaurants sont non-fumeurs. La grande majorité (96%) des employés travaillant dans des lieux couverts déclarent le faire aujourd’hui dans un environnement non-fumeurs.
Plusieurs études (menées dans des pubs de Dublin, Galway...) montrent que le bon niveau de respect de l’interdiction se traduit effectivement par une amélioration importante de la qualité de l’air : le niveau de particules fines (PM10, inférieures à 10 microns) dans l’air a diminué de 53% et celui des particules très fines (PM2.5, inférieures à 2,5 microns) a diminué de 87% après l’interdiction. De plus, les taux de monoxyde de carbone mesurés chez des employés de bars non-fumeurs ont diminué de 45%. Le taux de nicotine salivaire chez des employés non fumeurs de bars a baissé de 80% après l’interdiction. Les symptômes respiratoires ont aussi diminué6.
Enfin, les données économiques concernant le secteur de la restauration montrent que la loi n’a pas eu d’effets négatifs sur les bénéfices et l’emploi.
Pour Patrick Doorley, une loi complète et sans ambiguïté et la mobilisation de l’opinion publique ont été les facteurs favorables à l’application de l’interdiction de fumer et à sa réussite.
Aujourd’hui, une campagne est lancée pour promouvoir le maintien du respect de la loi. D’autres mesures restent encore à renforcer, en particulier celles concernant la protection des jeunes contre le tabagisme (interdiction de la vente aux mineurs notamment).
Le succès de l’initiative a poussé plusieurs autres pays européens à faire évoluer leur législation7. En France, le débat est ouvert.



1 2e Conférence internationale francophone sur le contrôle du tabac, Paris, 18-21 septembre 2005 (organisée par La Ligue contre le Cancer et l’Alliance contre le tabac)
session plénière "Tabagisme passif : il y a du changement dans l’air"
2 Report on the Health Effects of Environmental Tobacco Smoke in the Workplace
Health and Safety Authority and the Office of Tobacco Control, janvier 2003
3 Smoke-Free Policies - Market Research and Literature Review on Economic Effects on the Hospitality Sector
Office of Tobacco Control, février 2004
4 Public Health (Tobacco) Amendement Act
5 The Smoke-Free Workplaces in Ireland : a One-Year Review
Office of Tobacco Control, mars 2005
6 Allwright S et al.,
"Legislation for smoke-free workplaces and health of bar workers in Ireland : before and after study",
BMJ, 17 octobre 2005
7 European Trends toward smoke-free provisions, ensp.org
 
Toutes ces publications sont consultables sur le site de l’Office of Tobacco Control : www.otc.ie