Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 30

vers sommaire

 

Culture

Pour qui "roule" Stupeflip?

par Philippe Tuffigo

 

A l'automne 2001, avec la complicité d'un label indépendant, Julien Barthélémy met en circulation sept chansons bricolées à la maison dont Je fume pu d'shit. Aussitôt, les directeurs artistiques se bousculent aux deux premiers concerts du groupe formé pour l'occasion: Stupeflip signe chez une major avant la fin de l'année. Tout aussi rapidement s'organise une blitzkrieg médiatique qui les conduit chez Ardisson et sur le plateau de Top of the Pop ainsi qu'en tournée partout en France*. Stupeflip, premier album sorti en janvier 2003, s'est déjà vendu à 35000 exemplaires, essentiellement auprès d'étudiants âgés de 18 à 25 ans.

 

Enfin une chanson sur la fumette sans double sens lourdingue : une chanson-piège qui profite perversement des clichés des uns dans la tête des autres. Je fume pu d'shit, et son pendant Je refume du shit, rafraîchissent le débat avec ce message simple et politiquement correct, de santé publique même : "C'est pas bien de fumer du shit".
Ils sont affreux, sales et méchants et de leur propre aveu n'iront pas bien loin. Pourtant, en quelques mois, ils se sont créé un public qui se reconnaît dans leurs textes. C'est un peu le même registre que Tu t'es vu quand j'ai bu ? des Nuls. Stupidité de génie : "Trop de vin, trop de joints et voilà le résultat". C'est Stupeflip. La vie parallèle de Stupeflip s'organise autour d'une BD dont ils jouent les personnages taillés sur mesure, un monde canular, muni de régions et d'un drapeau spécifiques, un vocabulaire choisi, un calendrier ("L'ère du Stup"), une histoire ("Le crou (crew ndlr) Stupeflip, constitué de 894 membres, est né en 1972").

Prêts à tout au nom de rien
Leurs "c'est pas bien" provoquent quelques erreurs d'aiguillage inattendues. Sur internet, Je fume pu d'shit provoque la colère du portail cannabistique suisse www.foreverlovingjah.com ("Non les fumeurs ne sont pas loques!") et les louanges du très désinformateur www.anti-cannabis.com ("La vie oui ! L'éclate oui ! La drogue non !"). Depuis, l'un et l'autre webmestres se sont lentement rendu compte de leurs bévues respectives, mais la chanson a pu passer en boucle aux réunions de leurs forces de frappe anti-sinsemilla.
Pétard mouillé pour les anti, le single Depuis que je fume pu d'shit reste une pierre dans le jardin des pro-cannabis, à cause de détails présentés sous un angle particulier, répertoire d'inconvénients irréfutables: shit, rêves et trous de mémoire, idées paranoïdes, trous de boulettes et yeux de cobaye... Surtout, King Ju, le chanteur du groupe, se trouve super con après avoir fumé: "Je me sens à l'Ouest. J'fume trop de "tos", j'ai pu de conversation et je suis tout seul dans mon coin à flipper comme un con." C'est à s'en couper le bras à la scie le rire aux lèvres, comme sur la pochette du cd single que le chanteur a dessinée. Un rire de chacal, hors humain. C'est chanté en plus par d'authentiques Freaks Brothers, prêts à tout au nom de rien, les 3 prédicateurs braillards de l'ère du Stup : le nain hargneux, le géant jovial et le vengeur toujours masqué, soient Mc Salo, Cadillac et King Ju.
Pour brouiller les pistes, la brigade se filme sur son site Internet dans 6 faux-spots télé (avec numéro vert) où on voit de dos, les trois repentis venus témoigner de leur deuxième naissance d'après pétard: "J'ai encore un peu de mal à en parler... Depuis que j'fume pu de shit, ben je suis plus tout à fait le même... j'ai tout à fait confiance en ma silhouette... je me surprends à rigoler naturellement... à sourire naturellement des fois, même... je me surprends à élaborer des projets, des projets de fou quoi, j'suis tout excité, j'ai des milliers d'idées qui trottent dans la tête, euh... je crois que je vais faire du cheval... finies toutes ces conneries-là... je fonce, je me lève super tôt, euh... ça a plus rien a voir... ça a tout changé."

 C'est le néant Stupeflip, le grand rien. Est-ce que tout ça n'est que "daîlires" de gens pour qui "rouler" n'est pas seulement une action de déplacement ? On peut aimer Stupeflip et haïr les gens qui fument du shit et qui se bourrent la gueule. Et si d'habitude les défoncés se marrent doucement devant ceux qui ne se droguent pas, la majorité des deux camps s'est franchement bidonnée à l'écoute des paroles. Déterminés à tout faire entre eux et sans baratin, Stupeflip s'est aussi occupé du tournage du clip Je fume pu d'shit ... Le clip non pasteurisé est une illustration cartoonesque de chacun des couplets de Je fume pu d'shit. Diffusé au journal de 20 heures de France 2 le 24 avril pour illustrer les projets de mesures de Sarkozy pour les jeunes fumeurs de shit (confiscation du scooter...), l'extrait soulignait de façon hilarante que c'est possible de faire sans (fumer du shit) : à ce moment, King Ju courait en cage dans une roue de hamster,
"Depuis qu'je fume pu d'shit/ J'ai p'u des yeux d'cobaye/ Je vais plus à l'ANPE/ J'ai trouvé du travail/ Ch'uis vach'ment positif". Plus loin, le nez du chanteur s'allonge : notre Pinocchio n'a pas la langue de bois, c'est douloureusement honnête, il sait de quoi il parle. Comme lu sur leur forum: "Elle rentre bien dans la tête cette chanson, comme un gros joint d'herbe ! Les types y fument, y'a pa moyen autrement de fournir leur son... Stupeflip, moi y me donne envie de fumer kan je les ecoute, c trop trippant, je sais pas dans leur music, y a un style qui se rapproche des trip kon peut se taper en fumant. Enfin pr ceux ki connaisse."

Second degré et auto-dérision
Alors, pour qui roule Stupeflip ? Est-ce de l'apologie camouflée ? Du vrai foutage de gueule des campagnes antidrogue ? Ou une nouvelle campagne antidrogue ? Relativement peu de manifestes pro ou anti-fumette sur le Net dans les forums consacrés à la chanson. Extrait :"Pile dans le mille / Enfin une bonne zique sur le teuteu, mais à l'envers / Moi je pense qu'ils sont pas contre le shit, juste contre les gars qui se la racontent parce qu'ils fument et qui eux jouent sur un côté "rebelle"/ Il faut bien s'étourdir avant de mourir, à ne pas perdre de vue/ Merci pour je fume pu d'shit: la fin de ma psychanalyse de l'underground / Il était temps! Jung appelle cela l'individuation... / Faut juste rester raisonnable. C'est ça le truc / Sortez la tête de l'eau. C'est bien plus cool sans l'tuba".
Kamikaze en lutte ouverte contre "l'establishment", trouble-fête désireux de bien mettre la pagaille, Stupeflip déprogramme systématiquement tous les codes avec humour, auto-dérision et second degré : "Stupeflip est contre le système, contre toute forme de pouvoir", contre la hiérarchie, contre les leaders, contre le pouvoir établi, contre un code qui dirait "le shit c'est cool", comme contre l'autre qui dit "fumer c'est pas bien".
Les artistes aiment la farce. L'imbroglio et la cacophonie autour du shit ont inspiré OCB au groupe Billy ze Kick il y a une dizaine d'années; tout le pastis au sujet du cannabis ne pouvait que séduire ces embrouilleurs de Stupeflip. "Tout est fait pour nous inciter à prendre des drogues parce que c'est l'intérêt du pouvoir. La drogue est une culture, c'est une affaire entendue. Elle est un élément, le plus voyant, du refus global de la société."
C'est en réserve dans la culture générale de chacun, tout ayant déjà été dit et écrit sur le sujet, depuis ces 40 dernières années que le rock existe. Car le rock et la drogue sont liés, ça ne vous a pas échappé. Comme n'ont pas échappé à Stupeflip le folklore parfois rasoir du shit, le pitoyable de certaines fumeries communautaires, ses trentenaires moisis et ses faux rastas...

 

JE FUME PU D'SHIT

DEPUIS QU' JE FUME P'U D'SHIT
JE M' RAPELLE DE MES REVES
J'AI PRIS CONSCIENCE QUE LE TEMPS PASSE
ET QUE LA VIE EST BREVE
JE SUIS BIEN DANS LA RUE
JE SUIS BIEN DANS MA TETE
ET DANS MES SWEAT-SHIRTS ET MES PULLS
JE N'AI PLUS D'TROU D'BOULETTE
J'FAIS DU SPORT
JE ME LEVE A HUIT HEURES
FINIES LES GRACES MAT' INTERMINABLES
JUSQU'A QUATRE HEURES
CH' UIS PLUS VIF
ET J' ME TROUVE PLUS BEAU
FINIS LES YEUX ROUGES
LE TEINT PALE ET LA PARANO

DEPUIS QU' JE FUME P'U D'SHIT
J'AI D' LA CONVERSATION
JE SUIS PLUS TOUT SEUL DANS MON COIN
A FLIPER COMME UN CON
J' PEUX ABORDER UN FEMME
SANS M'POSER TROP D' QUESTIONS
DEPUIS QU' J'AI ARRETE LES JOINTS
J' ME SENS MOINS CON
J' ME SENS LEGER
COMME UN ALBATROS
FINIES LES RECHERCHES A QUAT' PATTES
POUR UN BOUT D' MATOS
J'AI LA PECHE
ET CH' UIS PLUS SYMPA
FINIE LA DROGUE SCOTCHEE DANS MON PYJAMA

DEPUIS QU' JE FUME P'U D'SHIT
J'AI P'US DES YEUX D'COBAYE
JE VAIS PLUS A L'ANPE
J'AI TROUVE DU TRAVAIL
CH' UIS VACH'MENT POSITIF
J' FAIS DU UKULELE
DEPUIS QU' J'AI ARRETE LES SPLIFFS
J' REGARDE PLUS LA TELE
J' ME SENS TRANQUILLE
VACH'MENT MOINS DEBILE
FINIE LA TUNE FOUTUE EN L'AIR
POUR DU TCHERNOBYL
CHUI MOINS MOU
J'AI P'U PEUR DE TOUT
FINIES LES HEURES
OMNUBILE PAR UN P'TIT BOUT

DEPUIS QU' JE FUME P'U D'SHIT

J' REFUME DU SHIT

DEPUIS QUE JE R' FUME DU SHIT
J'AI OUBLIE MES REVES
J'AI PU CONSCIENCE QUE LE TEMPS PASSE
ET QUE LA VIE EST BREVE
JE SUIS MAL DANS LA RUE
ET J' SUIS MAL DANS MA TETE
ET DANS MES AFFAIRES J'AI PLEIN DE TROUS DE BOULETTE
J'FAIS PU DE SPORT
JE ME LEVE A PU D'HEURE
ET J' FAIS DES GRACES MAT JUSQU'A 4 HEURES
J' SUIS MOINS VIF
ET JE ME TROUVE MOINS GROS
BONJOUR LES YEUX ROUGES , LA PARANO .

DEPUIS QUE JE R' FUME DU SHIT
J'AI PU DE CONVERSATION
ET JE SUIS TOUT SEUL DANS MON COIN
A FLIPPER COMME UN CON
JE PEUX PU ABORDER DE FEMMES
PARCE QUE J' ME POSE TROP DE QUESTIONS
DEPUIS QUE J'AI REPRIS LES JOINTS
J' SUIS SUPER CON
JE ME SENS A L'OUEST
J'FUME TROP DE TOS
BONJOUR LES RECHERCHES POUR UN BOUT DE MATOS
J'AI PAS LA PECHE
ET J' SUIS PAS SYMPA
BONJOUR LES DROGUES DOUCES
SCOTCHEES DANS MON PYJAMA



* Cet été à l'affiche des quatre plus grands festivals de juillet : les Eurockéennes, Dour, les Vieilles Charrues et le Paleo festival de Nyon.

www.stupeflip.com