Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 29

vers sommaire

Brèves

Brèves n°29

par La Rédaction

ROUTE
Conduite sous influence
Le Journal Officiel du 3 février a publié la loi relative à la conduite sous influence de substances ou plantes classées comme stupéfiants qui prévoit, en cas de contrôle sanguin positif d'un conducteur, une peine de 2 ans d'emprisonnement et 4500 euros d'amende. La sanction est portée à 3 ans de prison et 9000 euros d'amende si l'automobiliste a en plus un taux d'alcoolémie supérieur au seuil légal. En revanche, aucun seuil minimum n'est fixé pour le cannabis.

Peines aggravées
Les députés ont, par ailleurs, voté l'aggravation des peines encourues par les chauffards en cas d'accident corporel. Selon le projet de loi contre la violence routière, les peines sont portées à 7 ans de prison et 100000 euros d'amende en cas de circonstances aggravantes (alcool, drogues, défaut de permis, grand excès de vitesse, délit de fuite, violation délibérée d'une obligation de sécurité), et à 10 ans de prison et 150000 euros d'amende lorsque sont réunies deux de ces circonstances aggravantes. Les blessures involontaires provoquées dans les mêmes circonstances sont passibles, respectivement, de 3, 5 et 7 ans de prison, lorsque l'interruption totale de travail (ITT) est supérieure à 3 mois.

Narcotest
Le premier test de dépistage rapide des principales drogues à partir de la sueur ou de l'urine sera mis sur le marché en avril. Baptisé "Narcotest" et commercialisé par la société ID Pharma, ce test a reçu l'agrément de l'Agence de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et sera vendu en pharmacie sur prescription médicale. Selon ID Pharma, "il est fiable à plus de 99%" et permet de détecter simultanément en quelques minutes jusqu'à neuf familles de stupéfiants (dont cannabis, héroïne, ecstasy et cocaïne) mais aussi la méthadone, les benzodiazépines ou les barbituriques. S'il est positif, il devra être suivi d'une prise de sang "seule capable de déterminer avec précision la quantité de drogue présente dans le sang". Précision toutefois selon le laboratoire : "le test ne permet pas d'affirmer que la personne était sous l'influence de la drogue au moment du prélèvement, contrairement à la prise de sang". Le cannabis peut, en effet, être retrouvé dans l'organisme plusieurs semaines après usage.

TABAC
Baisse des ventes
Le centre d'information et de documentation sur le tabac ( CIDT) a enregistré une baisse de 3,3% du volume des ventes de tabac en 2002. La consommation officielle serait ainsi à son plus bas niveau depuis 20 ans selon ce centre. Mais même si la baisse des ventes est directement liée à la hausse des prix, selon le CIDT, la consommation réelle de tabac "n'a sans doute pas autant diminué, car les Français ont un peu modifié leurs habitudes d'approvisionnement, en achetant davantage leurs cigarettes dans les pays frontaliers et, pour quelques uns, au marché noir" .

Hausse des avertissements
Selon un arrêté publié par le gouvernement, les paquets de cigarettes devront comporter sur leur partie la plus visible l'une des deux mentions suivantes: "Fumer tue" ou "Fumer nuit gravement à votre santé et à celle de votre entourage" . Cet avertissement général devra couvrir "au moins 30% de la superficie externe du paquet". L'autre face comportera "un avertissement spécifique sur au moins 40% de la partie externe". Les paquets non conformes aux dispositions de cet arrêté peuvent être commercialisés jusqu'au 30 septembre 2003 et les autres produits du tabac, jusqu'au 30 septembre 2004.
Les teneurs en goudron, nicotine et monoxyde de carbone devront, quant à elles, être inscrites "en caractères gras Helvetica noir sur fond blanc" et entourées d'"un bord noir d'une épaisseur minimale de 3 mm" à compter du 1er janvier 2004.

ALCOOL
Les généralistes en renfort
"Boire moins, c'est mieux" : tel est le nom d'une formation visant à inciter les médecins à repérer les problèmes d'alcool, à leur apprendre à repérer au plus tôt les problèmes d'alcool et à développer "une intervention brève auprès de leurs patients". D'après le médecin alcoologue Philippe Michaud, coordinateur de ce programme doté d'un budget de 300000 euros -permettant notamment de payer le médecin pour son temps passé en plus de la consultation-, l'objectif est de "former, former, former, les médecins et leur donner envie de s'habituer à parler d'alcool" car ils sont "mal à l'aise (...) face à ce problème" .
Selon une expertise collective de l'Inserm, la France reste en tête des pays européens pour la mortalité masculine prématurée à cause de l'alcool. Seuls 20% des alcoolo-dépendants sont traités et le montant total des pertes imputables à l'alcool est estimé par l'Assurance maladie à 17,6 milliards d'euros.

PRODUCTION
Opium

L'Afghanistan a retrouvé son rang de premier producteur mondial d'opium. Selon l'OICS (Organe international de contrôle des stupéfiants), la récolte 2002 a été d'environ 3400 tonnes alors qu'elle n'avait pas dépassé les 200 tonnes l'année précédente. La chute du régime fondamentaliste taliban a favorisé la reprise de la culture du pavot, d'où est extrait l'opium, et replacé ce pays loin devant la Birmanie et le Laos, les deux autres principaux pays producteurs.

Cannabis
La culture du cannabis progresse en Afrique. Selon ce même rapport de l'OICS, les saisies de cannabis en provenance d'Afrique auraient augmenté de façon importante en 2002. C'est principalement le Maroc qui est montré du doigt : les zones de culture s'étendraient désormais à l'ouest et au sud de ce pays dont la résine de cannabis représente plus de la moitié des importations européennes.

Coca
Selon un rapport des Nations unies, la superficie des plantations de coca a diminué l'an passé de 30% en Colombie, le premier producteur mondial de cette plante. Une baisse notamment due aux fumigations aériennes d'herbicides réalisées dans le cadre du "Plan Colombie" antidrogue, grâce à l'aide américaine dont le montant est estimé à 2 milliards de dollars.