Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 27

vers sommaire

Brèves n°27

Brèves

L'Assemblée contre la drogue au volant...
Malgré les critiques de la gauche, l'Assemblée a créé une nouvelle infraction au code de la route sanctionnant la drogue au volant de deux ans d'emprisonnement et de 4500 euros d'amende. Un vote sans surprise qui étend l'obligation de dépistage de stupéfiants aux accidents corporels (et pas seulement mortels) mais qui permet aussi de soumettre au dépistage tout conducteur "même en l'absence d'infraction pénale ou d'accident". Le contrôle se déroulera en deux temps avec conduite à l'hôpital ou en cabinet médical pour un test d'urine puis, en cas de résultat positif, réalisation d'un test sanguin "qui seul peut déterminer la quantité et le moment de la prise de drogue".
Pour Marie-Berthe Biecheler, chercheur à l'Institut national de recherches sur les transports et leur sécurité, "malgré la présomption de dangerosité du cannabis sur le comportement de conduite" on n'a "pas réussi à démontrer à l'aide d'études épidémiologiques l'existence d'une corrélation entre usage du cannabis seul et accidents à l'échelle d'une population".

... les socialistes veulent évaluer la loi de 70
Le groupe socialiste à l'Assemblée nationale a demandé la création d'une mission d'information pour "évaluer" la loi de 1970 relative à la lutte contre la toxicomanie. Cette demande avait été exprimée par les députés B. Roman et A. Rosières lors du débat sur le texte visant à réprimer la drogue au volant, estimant notamment que la loi de 1970 "n'est plus adaptée ".

Les dangers de l'ecstasy...
La revue Science révèle de "nouveaux dégâts catastrophiques causés par une prise même occasionnelle d'ecstasy sur les cellules cérébrales contrôlant le mouvement, les réponses émotionnelles et cognitives". Les expérimentations menées sur des singes écureuils et des babouins en laboratoire ont mis en évidence "des lésions graves et irréversibles causées par quelques doses d'ecstasy sur les neurones à dopamine entraînant à terme des effets semblables à la maladie de Parkinson". D'après les chercheurs, si l'ecstasy a le même effet sur l'homme que sur le singe, "les effets toxiques pourraient n'apparaître que plusieurs années après l'absorption".

... et ceux du "sextasy"
Le "sextasy", un mélange de Viagra® et d'ecstasy est devenu l'un des "cocktails explosifs les plus populaires dans les raves parties d'Amérique du Nord", une tendance qui inquiète médecins et policiers qui, lors d'un forum à Montréal, ont souligné les risques pour la santé de cette combinaison.
Afin de compenser les troubles de l'érection provoqués par le MDMA, les consommateurs avaleraient du Viagra® et si cette combinaison "peut faciliter les overdoses et multiplier les effets secondaires, son effet le plus visible est d'accentuer les comportements à risque". Le "sextasy" ne serait qu'un des multiples cocktails de drogues de synthèse offerts pour 20 dollars environ dans les raves.

Cocaïne : traitement en vue ?
Des chercheurs de l'université Georgetown à Washington auraient mis au point "un nouveau médicament destiné à faciliter le sevrage des cocaïnomanes". Ce produit de substitution, baptisé Nocaïne, "serait capable de produire certains des effets de la cocaïne, mais à des doses beaucoup plus faibles, et de contrer les effets indésirables du manque". Les travaux des chercheurs, qui ont porté sur des animaux, seront publiés dans The Journal of Pharmacology and Experimental Therapeutics.

Sida : les statistiques européennes
Selon une enquête menée par Eurostat, l'Office européen des statistiques, l'Espagne et le Portugal sont les deux pays de l'Union européenne les plus touchés par l'émergence de nouveaux cas de sida en 2001. Avec 8210 nouveaux cas l'an dernier, soit trois fois moins qu'en 1994, et un recul de 11% sur 2000, le nombre de nouveaux cas de sida continue de diminuer dans l'UE. Selon Eurostat, "36,5% des nouveaux cas de sida dans l'UE en 2001, étaient liés à des rapports hétérosexuels, contre 33,2% liés à l'usage de drogue par voie intraveineuse, et 19,6% liés à des contacts entre hommes homosexuels/bisexuels". Mais ces répartitions varient selon les pays : "depuis 1981, l'injection de drogue par voie intraveineuse est responsable de 63,4% des cas de sida en Espagne et en Italie, mais de seulement 3,8% en Grèce et 3,9% en Finlande".

ALCOOL
Un cafetier mis en examen
Un tenancier de la Côte-d'Or a été mis en examen pour complicité pour avoir "servi de l'alcool à un client qui a tué trois personnes sur la route juste après avoir quitté son établissement". Selon le procureur de la République de Dijon, Jean-Pierre Allachi, "l'infraction de complicité de conduite en état alcoolique est dans cette affaire clairement établie" car le parton du bar "savait que son client, un habitué, était un gros buveur et qu'il avait eu son permis suspendu..." Le tenancier encourt une peine de deux ans de prison et 4500 euros d'amende.

TABAC
Hausse de 15% en 2003
L'Alliance pour la Santé-Coalition contre le tabagisme s'est réjouie de la proposition du gouvernement d'augmenter le prix de vente au détail de la cigarette de 15% au début de 2003. "L'augmentation de 8% des prix de la cigarette, au premier semestre 2002, a entraîné une chute de 4,5% de leur vente", rappelle le Pr Hirsch qui estime que "l'augmentation des prix du tabac est un élément essentiel d'une politique efficace de contrôle du tabac".

Vers une loi mondiale antitabac ?
L'organisation mondiale de la santé (OMS) s'est lancée dans la mise en place une convention internationale pour réglementer l'usage du tabac dans le monde. Réunis fin octobre à Genève, les représentants des 192 Etats membres de l'organisation ont tenté de se mettre d'accord sur différents sujets comme l'interdiction de la publicité sur le tabac, les mises en garde sur les paquets de cigarettes et la lutte contre la contrebande. Une fois le texte adopté, une convention finale devrait être signée en mai 2003.

TGV : les fumeurs rétrogradés
Il n'y aura plus de fumeurs dans les wagons première classe des TGV à partir du 16 décembre. Ceux qui ne peuvent se passer de tabac devront se reporter sur l'unique voiture de deuxième classe située dans chaque rame où l'on pourra en griller une.

Amende record pour Philip Morris
Le géant du tabac Philip Morris a été condamné par un tribunal californien à payer un montant record de 28 milliards de dollars à une fumeuse de 64 ans atteinte d'un cancer du poumon incurable. Il s'agit de "dommages punitifs" qui peuvent être décidés par un tribunal en sus des dommages et intérêts traditionnels, afin de sanctionner le coupable en cas de mauvaise foi délibérée. Philip Morris a immédiatement fait appel.