Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 25

vers sommaire

Nouvelles parutions

Publications

par Aude Segond et Clotilde Genon

Prévention

Outils de prévention sur les drogues (alcool, tabac, médicaments détournés, produits illicites)
Edité à l'occasion du Forum des outils de prévention sur les drogues de Tourcoing (20 et 21 septembre 2001), ce catalogue répertorie des outils qui ont tous à voir avec la consommation de produits psychoactifs ou avec des facteurs individuels qui peuvent la favoriser. Il s'agit d'outils récents (années 1990-2000) et francophones. L'ouvrage est divisé en six parties :
- Expositions et photolangages ;
- Livrets pédagogiques ;
- Outils multimédia ;
- Programmes, kits, mallettes et jeux ;
- Spectacles vivants (marionnettes et théâtre) ;
- Vidéos.
Pour chaque document, la fiche informative comprend : l'auteur, le titre, la date d'édition, un descriptif, un résumé, le(s) produit(s) évoqué(s), le(s) public(s) ciblé(s), les lieux de prêt (région Nord -Pas-de-Calais et une série de mots clés.
En annexe, on trouve un index alphabétique des documents répertoriés, une sélection de livres pour enfants et de bandes dessinées, une sélection de sites internet ainsi que des renseignements sur les centres de ressources documentaires locaux sur les drogues.

CDPA (Comité départemental de prévention de l'alcoolisme), Nord; CDRIPD (Centre départemental de ressources d'information et de prévention sur les drogues), Nord ; ECLAT (Espace de concertation et de liaison des actions face au tabagisme), Nord-Pas-de-Calais ; MRPS (Maison régionale de promotion de la santé), Nord - Pas-de-Calais. - Réagir, Tourcoing, septembre 2001. - 175 p.

Réduction des risques

Les risques infectieux liés à l'usage de drogues par voie intraveineuse
Ce guide, destiné aux personnes en contact avec des usagers de drogues par voie intraveineuse et enrichi de photographies claires et pédagogiques, est divisé en trois parties.
La première détaille les pratiques pouvant comporter un risque infectieux lors de l'injection: préparation du matériel et du produit, choix du point d'injection, technique d'injection, soins locaux après injection et élimination du matériel usagé.
La deuxième partie traite des risques infectieux eux-mêmes. Elle énumère les facteurs de risques liés aux produits utilisés, au matériel ou à l'usager lui-même. Elle décrit les symptômes qui doivent alerter puis les pathologies en cause, en particulier les infections bactériennes, les mycoses, les hépatites virales B et C et l'infection à VIH.
La dernière partie de ce guide rappelle les conseils essentiels de prévention, le dispositif de prévention et de prise en charge ainsi que la conduite à tenir en cas d'overdose.

DGS (Direction générale de la santé); Crips (Centre régional d'information et de prévention du sida), Ile-de-France, CFES (Comité français d'éducation pour la santé) - Collection VIH/sida, 2001 - 63 p. (www.cfes.sante.fr)

Echange de seringues

L'implantation des programmes d'échange de seringues : entre acceptabilité et accessibilité
Ce rapport commandité par la cellule Sida-Toxicomanie de la DASS de Seine-Saint-Denis porte sur la question de l'implantation des PES (Programmes d'échange de seringues) destinés aux usagers de drogues injecteurs.
Il retrace dans un premier temps la politique de réduction des risques VIH et VHC en France et introduit la problématique de l'évaluation ainsi que la méthodologie de l'enquête basée sur une trentaine d'entretiens semi-directifs avec les acteurs locaux et sur l'observation des activités des intervenants en toxicomanie dans une dizaine de communes de la Seine-Saint-Denis.
Le contexte de l'étude ainsi défini, le document analyse dans une première partie le processus d'acceptabilité d'un PES par les acteurs locaux: la mise à l'ordre du jour dans une commune, le rôle des acteurs institutionnels, le choix du local, les facteurs sociaux d'acceptabilité d'une boutique, d'un stationnement de bus ou d'un distributeur automatique de seringues, par les résidents du quartier.
La seconde partie du rapport s'intéresse à l'accessibilité des PES, supposant l'adéquation de ces services aux modes de vie des usagers de drogues.
L'accessibilité géographique et temporelle des lieux d'échanges de seringues, l'accessibilité relationnelle et technique des intervenants en toxicomanie sont déclinées, selon que les PES s'effectuent à partir d'une boutique, d'un bus, d'un distributeur automatique de seringues et du travail de rue.

Benech-Le Roux P., Cesdip (Centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales), Rapport Cesdip ; 2001 ; Coll. : Etudes et données pénales, n° 88 ; ISN : 2 907370 51 0 ; 170 p. (tél. 01 34 52 17 00)

Journée nationale de l'échange de seringues en pharmacies
Les actes de cette journée de travail évoquent tout d'abord les raisons d'une telle rencontre: casser l'isolement des équipes, partager les expériences en cours et leur évaluation, promouvoir les méthodologies d'action avec les pharmaciens.
L'historique de la vente de seringues en officines est rapidement tracé pour laisser place aux comptes rendus des différentes interventions. Le cadre de travail de cette journée est défini par deux interventions analysant la fonction du pharmacien, acteur de première ligne dans le dispositif de réduction des risques, puis présentant le dispositif français de réduction des risques chez les usagers de drogues en 2001.
Une expérience de deux années d'échanges en officine dans les Pyrénées-Orientales, basée sur une répartition des rôles entre associations et pharmaciens, est décrite, puis la question des contaminations par le virus de l'hépatite C, ainsi que les moyens de mettre en place des actions de prévention primaire efficaces (accès au matériel stérile, proximité et prix).
Enfin, l'implication et l'adhésion des pharmaciens au dispositif de réduction des risques et de dispensation des traitements de substitution et leurs relations avec les usagers sont détaillées.
Différentes expériences locales sont ensuite mises en valeur : l'enquête du Réseau Ville-Hôpital-Toxicomanie Metz-Thionville, les programmes d'échange de seringues en officines du Pays de Gex et du département des Deux-Sèvres; ainsi que le système Sisamois (Système d'information et d'accessibilité au matériel officinal d'injection et de Substitution) contribuant à l'évaluation de la politique de réduction des risques sanitaires chez les usagers de drogues intraveineux.
Les comptes rendus des ateliers abordent les thèmes suivants :
- méthodologie de mise en œuvre des Programmes de réduction des risques avec les pharmaciens ;
- récupération des seringues usagées et sécurité des professionnels ;
- mobilisation, soutien, formation de l'équipe officinale ;
- échange de seringues et participation des usagers ;
- méthode et outils d'évaluation des programmes.
Les actes de cette journée de travail sont disponibles pour téléchargement et impression sur le site Internet de l'association Apothicom: http://www.steribox.tm.fr

Actes de colloque ; 2001 ; 55 p., Lyon, 2001/03/26
Apothicom, Ivry-sur-Seine ; Ascode, Perpignan ; Croix verte et Ruban rouge, Andeville ; Ruptures, Lyon

Hépatite C

Le ministère délégué à la Santé, l'Assurance maladie Sécurité sociale et le CFES (Comité français d'éducation pour la santé) réactualisent deux brochures sur l'hépatite C:

L'hépatite C : dépistage, clinique, prise en charge et conseils aux patients, état des connaissances, août 2001
Destinée aux médecins qui prennent en charge des patients atteints d'hépatite C, cette brochure s'articule en quatre parties : indications du dépistage de l'hépatite C; présentation clinique (hépatite aiguë, hépatite chronique, cirrhose et carcinome hépato-cellulaire, manifestations extra-hépatiques) ; prise en charge d'après les conclusions des conférences de consensus, et enfin conseils à donner à ses patients en termes de transmission, de vie familiale, d'usage de drogue et de vie quotidienne.

CFES, novembre 2001. -42 p.

L'hépatite C, du dépistage au traitement : questions et réponses
Destinée aux personnes atteintes d'hépatite virale chronique C, cette brochure se présente sous forme de questions / réponses et traite de la transmission, des symptômes et du diagnostic, du traitement et de la prise en charge globale de l'hépatite virale C. Cette information de base est enrichie par un lexique et des fiches pratiques: le foie ; la biopsie du foie ; la grossesse ; l'hépatite C chez l'enfant ; l'hépatite C et l'usage de drogue ; la coïnfection VIH/VHC ; la cirrhose.

CFES, novembre 2001. - 65 p.

Ces deux documents sont complétés par les adresses des pôles de référence et des associations existantes ainsi que par les coordonnées de sites internet et de permanences téléphoniques.

Egalement destinée aux personnes atteintes, la 3e édition d'un livre désormais classique vient de sortir:

Cent questions sur l'hépatite C à l'usage des 500 000 Français contaminés et de ceux qui ne veulent pas l'être
P. Marcellin, T. Laurenceau.

Frison-Roche, 2001. - Coll. Guides blancs. - ISBN 2 87671 377 2. - 153 p.