Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 21

vers sommaire

Brèves

Brèves n°21

par La Rédaction

Etats-Unis:
Bush se soumet au dépistage...

Le président George Bush, qui a dévoilé son plan de lutte contre la drogue aux Etats-Unis, s'est soumis le premier au test de dépistage anti-drogue désormais obligatoireà la Maison Blanche. 127 employés de la Maison Blanche pris au hasard ont également été soumis à un nouveau dépistage. Pour le porte-parole, la nouvelle administration a convenu d'adopter une "politique de tolérance zéro" vis-à-vis de la pratique de la drogue et tout employé de la présidence risque une lettre de réprimande, voire de licenciement, en cas de non-respect de la législation en la matière.
...La Cour Suprême interdit le cannabis médical
Rappelant que la FDA n'avait jamais avalisé ses bienfaits, la plus haute juridiction américaine vient de décréter, par 8 voix contre 0, que "la marijuana n'avait actuellement aucune utilité médicale reconnue". Une victoire décisive pour le gouvernement qui, dès 1996, avait lancé sa lutte contre la distribution médicale de marijuana après que les électeurs de Californie aient voté en faveur de la vente de cette drogue douce "pour apaiser certains malades" notamment atteints de sida, de cancer ou de sclérose en plaques. Cet arrêt de la Cour Suprême, qui interdit aux malades de pouvoir acheter du cannabis en toute légalité, pourrait avoir des répercussions politiques dans les 8 Etats où sa distribution est autorisée.

Antilles: 700 textes pour le concours de scénarios
Plus de 700 scenarios sur la drogue aux Antilles -dont un écrit par un enfant de 5 ans et un autre par un auteur de 95 ans- ont été soumis par des auteurs martiniquais ou guadeloupéens au concours organisé par le CRIPS (Centre régional d'information et de prévention du sida) d'Ile-de-France. L'objectif de ce concours, qui était ouvert jusqu'au 30 avril, est de donner la parole à toute la population antillaise pour permettre l'émergence d'un discours citoyen et susciter des échanges et des débats.
Les comités de lecture vont maintenant effectuer une première sélection, puis les jurys des îles et celui de métropole vont sélectionner 7 idées de scenario qui seront mis en image sur place en juillet par des professionnels antillais du cinéma. Cette opération est notamment soutenue sur place par la plupart des media ainsi que par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt).

Pays-Bas: plan de lutte contre l'ecstasy
Le gouvernement néerlandais a rendu public un important plan de lutte contre la production et le trafic d'ecstasy (XTC), pourvu d'un budget de 90 millions d'euros sur cinq ans. Baptisé "Lutter ensemble contre l'ecstasy", ce nouveau plan entrera en vigueur en 2002 et prévoit notamment la mise sur pied de trois ou quatre équipes, composées au total de 90 à 100 personnes, qui se consacreront exclusivement à la lutte contre la production et le trafic de cette drogue.
Selon les estimations des experts internationaux, les Pays-Bas sont considérés comme le premier pays producteur d'ecstasy du monde, avec 80 à 90% de la production mondiale. 35 laboratoires de production d'ecstasy ou d'amphétamines (dont certains peuvent produire jusqu'à 500000 pilules par jour) ont été démantelés en 1998 aux Pays-Bas et 36 en 1999.

Distribution d'héroïne:
Les médecins danois lancent un appel aux politiciens...
Toute tentative d'atteindre et de soigner le noyau dur des héroïnomanes étant, selon eux, vouée à l'échec, l'association des médecins du Danemark a lancé un appel aux députés du Parlement pour autoriser la prescription libre d'héroïne aux toxicomanes les plus touchés, comme en Suisse.
Le traitement actuel de quelque 4500 toxicomanes par la métadone coûte chaque année environ 500 millions de couronnes (67 millions d'euros) aux pouvoirs publics. Mais, en dépit de ces traitements onéreux, le Danemark enregistre environ 250 décès par an des suites de surdose de stupéfiants, un chiffre resté constant, et qui est l'un des plus élevés d'Europe.
... Premier centre légal en Australie
Après une vive controverse morale et une longue bataille judiciaire, le premier centre légal d'injection d'héroïne vient d'ouvrir en Australie pour une période d'essai initiative de 18 mois. Coincée entre deux boîtes de strip-tease, la salle n'est ouverte que quatre heures d'affilée en début de soirée et vise à alimenter de 150 à 200 drogués qui, dans le même temps, se font conseiller par des spécialistes, a indiqué Pat Kennedy, l'un des parrains de cette initiative de l'Eglise de l'unfication.
Le gouvernement fédéral, les Nations unies et le Vatican s'étaient vivement battus pour empêcher que cette iniative voit le jour, mais l'Eglise de l'Unification a finalement remporté le mois dernier la bataille judiciaire engagée autour de cette affaire.

CIRC: Galland lourdement condamné
Le président du Collectif d'information et de recherche sur le cannabis (CIRC) a été condamné à 90000 francs d'amende par la cour d'appel de Lyon pour avoir arboré, en mars 1997, des T-shiorts ornés de motifs "cannabiques" et distribué des tracts en forme de feuille de chanvre.

Conférence latine
La première conférence latine de réduction des risques liés aux usages de drogues se tiendra les 14,15 et 16 novembre prochains à Barcelone en Espagne.

Inscriptions: http://www.igia.org/clat
E-mail: info@igia.org
Grup Igia-Enric Granados, 116 - 08008 Barcelona
Espagne
tel: 00 34 93 415 25 99
fax: 00 34 93 415 70 89

Parutions:

Brochures de la Mildt
La Mildt édite les trois premières brochures d'une série concernant les produits : alcool, cannabis, ecstasy. Claires, précises, honnêtes, elles sont construites sur le même modèle.
Elles répondent tout d'abord à trois questions concernant la substance : Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce que ça fait ? Quels sont les risques, immédiats d'une part, à moyen terme si la consommation devient régulière d'autre part. Une rubrique "Attention !" met l'accent sur des risques connexes découlant de cette consommation : mélanges, conduite automobile, oubli du préservatif lors des rapports sexuels, problèmes avec la justice... Est ensuite pointé "ce que l'on ne sait pas" sur le produit (on sait tout sur l'alcool ; il existe peu d'inconnues sur le cannabis, beaucoup plus sur l'ecstasy). Ces brochures donnent ensuite des conseils pratiques, plus ou moins détaillés, pour éviter les risques. Un petit test permet enfin de "savoir où on en est" avec sa propre consommation. La quatrième de couverture propose des sources d'informations complémentaires.
Dans la prochaine série à paraître, actuellement en fin de rédaction : cocaïne et tabac. On les attend avec impatience.

Dis moi: le livret
Dans le cadre de la prévention des pratiques addictives et des usages abusifs des produits psychoactifs, le CRIPS Ile-de-France a élaboré avec le soutien du ministère de la Jeunesse et des Sports et de la Mildt un livret à destination des jeunes consacré à une dizaine de pratiques "addictives". Une juxtaposition d'informations précises sur les produits, sur les pratiques toxicomaniaques et les dépendances qu'elles peuvent induire, des témoignages, des paroles ou des questions de jeunes qui visent à susciter une interrogation, une identification, et, par ce biais, à intéresser les jeunes pour les amener au contenu informatif. Outre le livret, l'étui contient des autocollants de questions ou d'expressions des jeunes sur les toxicomanies ainsi que les coordonnées de Drogue Info Service.
Une version "Web" de cette brochure sera prochainement disponible sur le site du CRIPS (www.leCRIPS.net)