Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 1

vers sommaire

Brèves internationales et brèves France

Brèves

Genève: Méthadone

La fondation Phénix, organisme suisse de prise en charge d'héroïnomanes, vient de publier les résultats d'une analyse comparative d'un questionnaire, adressé à 327 patients, concernant son programme de substitution à la méthadone. La précédente évaluation datant de 1992, la fondation a pu mesurer, entre autres, certaines évolutions en matière de prévalence du VIH, de délinquance, et d'usage de drogues.
Le rapport enregistre dans ces domaines une forte baisse du nombre de patients séropositifs pour le VIH (qui passe de 30 à 14%), un effondrement de la délinquence de 20,18 à 0,98 en nombre moyens de jours de prison par an et l'abandon de la consommation d'héroïne par 70% des usagers.

(Méthadone : résultats, Fondation Phénix,1996, Edition médecine et Hygiène)

Berne: Héroïne

Un rapport intermédiaire de l'Office de la santé sur les essais de prescription médicale de stupéfiants, lancés en 1994, est paru en octobre dernier.
Actuellement, 913 personnes, dont 800 recevant de l'héroïne participent aux essais. Selon le rapport, 67% des 317 personnes admises en 1994 participaient encore au projet un an après (contre 45% en moyenne pour les traitements axés sur l'abstinence). Depuis le début du programme, le taux de mortalité des participants atteint 0,7% (contre 0,7 à 2,6% pour les personnes suivants d'autres traitements et _?9% pour les toxicomanes non suivis). En outre, la moitié des participants déclare avoir trouvé un emploi à temps plein ou partiel (contre 16% à l'entrée du programme). Le rapport souligne également la baisse de la délinquance avec une réduction de 70 et 80%, six mois après l'admission, respectivement pour la criminalité et les vols graves.
Le rapport final est attendu pour la mi-97 ainsi que la publication d'une évaluation de l'Organisation mondiale de la santé qui reconnaitrait la valeur scientifique des essais.

Brèves France

Trafic, jurisprudence

Huit mois de prison avec sursis assortis d'une mise à l'épreuve avec obligation de soins pour un toxicomane surpris en train de revendre un cachet de Rohypnol.
Le médicament lui aurait été prescrit par son médecin dans le but de l'aider à se sevrer de l'héroïne.
(Le Provençal).

Six mois de prison dont qutre avec sursis, mise à l'épreuve de dix-huit mois et obligation de soins pour un usager de drogues pris en flagrant délit de revente d'un comprimé de Subutex.
(Le Provençal)

Subutex®

Le cinq décembre dernier, les laboratoires Schering-Plough ont dressé un premier bilan de près de dix mois d'introduction de la buprénorphine haut dosage en médecine de ville.
Actuellement, 25000 patients toxicomanes sont en cours de traitement et suivis par un médecin généraliste dans le cadre d'une consultation de ville. Selon une étude incluant 69 patients (32 suivis par des médecins généralistes, et 37 par des centres de soins), 72% des patients en ville continuent à suivre leur traitement par buprénorphine après six mois et 95% d'entre eux s'abstiennent d'héroïne alors ques les proportions sont respectivement de 60 et 68% pour les patients, considérés comme "plus désinsérés", suivis en centre de soins.
En outre, une enquête, mise à jour tous les quatre mois, auprès d'un échantillon représentatif de pharmaciens de 2700 officines, fait état d'une progression, entre février et octobre de cette année, de la proportion des pharmaciens délivrant du Subutex® (33% contre %). 74% d'entre eux jugeaient l'adaptation de leurs patients au Subutex® "bonne" ou "excellente". Aucune réaction particulière de la clientèle des officines n'avait été notée dans 96% des cas. Toutefois, 16% des pharmaciensdéclaraient avoir "quelquefois" soupçonné certains patients de trafics illicites.