Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 19

vers sommaire

Edito n°19

par Gilles Pialoux

On sait combien le paysage sanitaire des usagers de drogues s'est trouvé peu à peu métamorphosé par la prise en compte d'une politique pragmatique de réduction des risques. C'est sur cette trame d'ailleurs qu'est né le projet de Swaps, soutenu sans vaciller depuis sa naissance par Schering-Plough, ECS et la MILDT.

En 2000 un tel paysage permettait dévaluer à 80 000 le nombre d'usagers bénéficiant d'un programme de substitution (méthadone ou Subutex®). Une réalité substitutive qui ne doit néanmoins pas masquer celle des co-morbidités, au premier rang desquelles figurent l'hépatite C (50% à 80 % des usagers), le VIH (20% à 30 %) et l'alcool.

C'est devant un tel constat pour le moins contrasté - moins de délits, moins d'overdoses, mais des pathologies lourdes comme la coïnfection VIH-VHC - que s'inscrit cette nouvelle livraison de Swaps. Avec en prime un dossier spécial "Hépatite C" où il n'est pas uniquement question de comptabilité épidémiologique mais, avec Elliot Imbert (voir article ) et Betrand Lebeau (voir article), de recenser les pratiques et leur corrélat préventif.

Mais Swaps qui ne recule devant aucun sacrifice est aussi allé ailleurs -en terre guadeloupéenne - pour rencontrer Madame Ninine, figure charismatique d'une expérience innovante et probablement sans pareille en métropole ( voir article).

Enfin Swaps a donné la parole a ceux qui s'étonnent de la lenteur avec laquelle les projets de dispensation contrôlée d'héroïne tentent de s'installer en France. A moins que sur ce point de l'échiquier sanitaire français on attende simplement le retour de Bernard Kouchner au ministère de la Santé ...