Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 19

vers sommaire

Brèves

par

L'assemble rejette le délit de conduite sous l'emprise de drogues
L'Assemblée nationale a repoussé une proposition de loi RPR instituant un délit de conduite sous l'emprise de drogues, dont les peines iraient jusqu'à 2 ans d'emprisonnement et 30.000 francs d'amende. "Il faut choisir entre la drogue et la conduite", a estimé le député RPR Bernard Accoyer, co-auteur avec Patrick Delnatte et Jean-Louis Debré de la proposition de loi. "Le dispositif que nous proposons permettrait d'épargner des centaines de vies, d'éviter des milliers de blessés", a-t-il plaidé. La majorité PS-PCF-RCV, comme le ministre des Transports Jean-Claude Gayssot, a dénoncé le caractère "démagogique" du texte. M. Gayssot a reconnu que les différentes études menées en France et à l'étranger montraient que "7 à 17% des conducteurs conduiraient en ayant consommé des stupéfiants" (cannabis, opiacées, psychotropes, etc.). "Mais cela ne permet pas d'appréhender la responsabilité des drogues dans les accidents, ni leur impact réel sur l'insécurité routière", a-t-il ajouté.Pour légiférer de manière satisfaisante, il faut donc, selon lui, attendre les résultats d'une vaste étude épidémiologique qui sera menée dans les deux prochaines années, sur la base des informations fournies par le dépistage obligatoire des drogues chez tous les conducteurs impliqués dans un accident mortel. Ce dépistage obligatoire a été institué par la loi sur la sécurité routière de 1999, et son décret d'application (actuellement au Conseil d'Etat), devrait être bientôt publié.

Schering: bénéfice net en hausse de 26% sur neuf mois
Le groupe pharmaceutique allemand Schering a annoncé avoir dégagé un bénéfice net de 277 millions d'euros au cours des neuf premiers mois de l'exercice 2000, en hausse de 26% comparé à la même période l'an passé. De janvier à septembre, le bénéfice avant impôt a augmenté de 18% à 495 millions d'euros et le chiffre d'affaire a progressé de 25% à 3,349 milliards d'euros.

L'Europe se fédère contre le dopage
Réunis à Paris, les ministres des Sports des quinze Etats membres de l'Union européenne sont parvenus à un large consensus sur la lutte antidopage. Les Quinze se sont notamment prononcés à l'unanimité sur la nécessité de renforcer le rôle de l'Union européenne au sein de l'Agence mondiale antidopage (AMA) en revendiquant une représentation au sein des instances décisionnelles et un financement partiel de l'AMA. Pour les ministres européens, cette agence créée en novembre 1999 doit avoir un rôle fondamental non seulement pour l'harmonisation des procédures de contrôle et des sanctions, mais aussi pour l'établissement et la mise à jour des produits prohibés.

Italie : Le ministre de la Santé favorable à l'administration contrôlée d'héroïne
Le ministre italien de la Santé, Umberto Veronesi, s'est déclaré favorable à l'administration d'héroïne sous assistance médicale pour les toxicomanes en cure de désintoxication. "Les expériences réalisées en Suisse, aux Pays-Bas et en Allemagne sur l'administration contrôlée d'héroïne (pour soigner les toxicomanes) ont montré des perspectives dignes d'attention", a estimé le cancérologue réputé et sans appartenance politique, nommé ministre de la Santé en avril dernier. Le président du Conseil italien Giuliano Amato a cependant pris ses distances avec son ministre en soulignant que son gouvernement ne comptait pas changer la législation sur la drogue à quelques mois de la fin de la législature. Le commerce de drogue est actuellement interdit en Italie mais l'usage de drogue douce est toléré.

Etats-Unis : marijuana en baisse mais Ecstasy en hausse
La consommation de marijuana est en baisse chez les jeunes Américains mais la proportion de ceux qui consomment de l'Ecstasy a doublé en cinq ans, selon une étude publiée par Partnership for a Drug-Free America (Partenariat pour une Amérique sans drogue).
33% des jeunes interrogés cette année ont fumé de la marijuana au cours de l'année écoulée, 3% de moins qu'il y a trois ans. En outre, 21% disent l'avoir utilisé au cours des quatre dernières semaines, contre 24% en 1997. Mais 10% des jeunes interrogés reconnaissent avoir essayé l'Ecstasy au moins une fois, contre 7% l'an dernier et 5% il y a cinq ans.

Canada: L'Ontario veut supprimer l'aide sociale aux toxicomanes
De nombreuses voix se sont élevées contre une proposition du gouvernement ontarien qui, suivant l'exemple de plusieurs Etats américains, envisage de supprimer l'aide sociale aux personnes refusant de se soumettre à un test de dépistage de drogue ou de suivre une cure de désintoxication. L'Ontario serait la première province au Canada à adopter de telles mesures. "Si vous êtes un toxicomane, il est difficile de trouver et de conserver un emploi", a affirmé le ministre des Services sociaux John Baird, en ajoutant que le gouvernement conservateur ne faisait que répondre à sa promesse d'aider les toxicomanes à reprendre le cours normal de leur vie en trouvant un emploi. "Notre gouvernement reconnaît que le traitement de la toxicomanie peut être un long processus. Mais notre but est de supprimer les barrières à l'emploi et d'aider les défavorisés à mettre toutes les chances de leur côté", a-t-il dit lors de la présentation de son projet contesté.

Tabac
Campagne "artistique"
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé fin novembre une campagne européenne antitabac faisant appel à vingt artistes auteurs d'œuvres sur le thème "Arrêter de fumer". Peintures, sculptures, vidéos et autres photographies sont ainsi mises à contribution pour inctier les fumeurs à demander l'aide des médecins pour mettre fin à leur dépendance à la nicotine.

Le tabac génère l'anxiété
Selon une étude réalisée auprès d'adolescents de l'Etat de New York et publiée dans le JAMA, ce n'est pas l'anxiété qui conduit à fumer mais l'inverse puisque le tabagisme accroît le risque d'agoraphobie, d'anxiété généralisée et de trouble panique. "Après contrôle des variables, les adolescents qui fumaient 20 cigarettes ou plus par jour étaient à risque élevé d'agoraphobie (risque multiplié par 6,8), d'anxiété généralisée (facteur 5,5) ou de trouble panique (facteur 15,6) à l'âge adulte jeune" notent notamment les auteurs de l'enquête.