Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 18

vers sommaire

Brèves - Swaps 18

Hépatites Info Service, autant appeler maintenant…
Un nouveau dispositif téléphonique vient de voir le jour: Hépatites Info Service met à la disposition du public 80 écoutants de formation médicale, psychologique et sociale, disponibles au 0 800 845 800 (appels anonymes et gratuits), 7 jours sur 7, de 9h à 23 h (numéro accessible en métropole et dans les DOM). Ce service téléphonique, créé avec le soutien financier de la Direction générale de la Santé et de la Caisse nationale d'assurance maladie, se propose d'écouter, informer, orienter et soutenir les personnes qui, à un moment de leur vie, s'interrogent sur leur(s) risque(s) d'être contaminées par les hépatites (600 000 Français sont porteurs du virus de l'hépatite C et 100 000 de celui de la B). Le premier bilan des 1800 premiers appels reçus confirme le besoin d'écoute des personnes atteintes (46% des appelants), soucieuses d'être informées sur les traitements, les modalités de transmission et la recherche. 52% des premiers appelants sont des femmes, comme 62% de ceux qui ont déclaré avoir une hépatite C. Les jeunes (20-39 ans) désirent surtout des informations sur l'hépatite B, tandis que les 40-60 ans s'intéressent surtout à l'hépatite C. Un tiers des appels provient d'un proche qui demande essentiellement des informations complémentaires et une réassurance sur l'évolution de la pathologie.

Le Subutex® dans le "top 200" de la CNAM...
Selon les statistiques des médicaments vendus en 1999 publiées par la Caisse nationale d'assurance maladie, le Subutex® arrive au 14ème rang des 200 classés, avec un volume de vente de 531 millions de francs. La Sécurité sociale en a remboursé 379 millions. Le taux globlal de remboursement est de 71,3 %, et seulement 18 % des traitements ont été pris en charge à 100%. Enfin, 92,8 % de ces médicaments ont été prescrits par des médecins généralistes.
(Statistique Medicam. Les médicaments remboursés en 1999, CNAM, septembre 2000)

... et la méthadone passe en ville
Selon les laboratoires Bouchara, les ventes de méthadone en France, converties en nombre de patients (sur la base d'une posologie moyenne de 60 mg) représentent désormais un peu plus de 10 000 personnes dont la moitié dans des centres spécialisés. Environ 5 000 patients se voient ainsi délivrer la méthadone en pharmacie de ville, soit suite à une prescription de médecins généralistes ayant assuré le relais de la prescription du centre, soit par une prescription directe des centres qui veulent désengorger leur espace de délivrance. En 18 mois, le nombre de patients suivis en ville a donc sensiblement progressé puisqu'au début de l'année 2000, ils n'étaient encore que 3000 (+60% depuis le début de l'année).

Le cannabis en voie d'être décriminalisé en Suisse
Le cabinet suisse a proposé de légaliser la consommation du cannabis mais a déclaré qu'il maintenait l'illégalité des autres drogues. Le gouvernement souhaite donc décriminaliser les produits du cannabis ce qui pourrait donner le feu vert à la culture et la commercialisation de la marijuana et du haschich. Ce projet doit maintenant être soumis au parlement pour une révision des lois sur les drogues. En 1998, les Suisses avaient pourtant rejeté une proposition pour légaliser la consommation de toutes les drogues. La Suisse possède néanmoins une approche des plus tolérantes en Europe à l'égard des héroïnomanes en fournissant de l'héroïne gratuite et des seringues à ceux qui ne répondent pas à d'autres traitements.

Le parlement polonais renforce la lutte contre les drogues
La Diète polonaise (parlement) a amendé la loi sur la lutte contre l'usage des drogues, qui autorisera désormais l'ouverture de poursuites judiciaires pour quiconque sera trouvé en possession même de quantités infimes de drogue. Selon le texte de loi amendé, les responsables de restaurants et de lieux de loisirs qui ont connaissance de trafics de stupéfiants et qui n'avertissent pas la police seront passibles d'une peine allant jusqu'à trois ans de prison et d'amendes, selon l'agence PAP. L'amendement doit encore être adopté par le sénat et promulgué par le président pour avoir force de loi.

Marché mondial: amphétamines en hausse, cocaïne en baisse
Selon des statistiques de l'ONU, la cocaïne décline tandis que les amphétamines risquent de devenir la drogue du 21ème siècle, sur le marché mondial de la drogue. "La hausse continue de l'offre et de la demande mondiales de stimulants de type amphétamines, en particulier en Asie du Sud-Est, montre clairement qu'il y a beaucoup de risques que ces substances deviennent la drogue de premier choix pour le 21ème siècle", estime ainsi le bureau des Nations unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime (UNDCP). La cocaïne, en revanche, semble décliner, notamment en Europe où les saisies ont diminué et où "les prix ont continué de baisser", selon cette étude. Pour l'opium, le numéro un mondial demeure l'Afghanistan qui en a produit 3.276 tonnes l'an dernier, soit à lui seul 79% de la production mondiale.
L'UNDCP rappelle également qu'Interpol a placé le Maroc, l'Afrique du Sud, le Nigéria, l'Afghanistan, le Pakistan, le Mexique, la Colombie et la Jamaïque sur sa liste des principaux producteurs de cannabis, dont la production mondiale est évaluée à 30.000 tonnes. Enfin, côté consommateurs, "le cannabis continue d'être la drogue largement la plus consommée dans le monde. Il est produit et consommé pratiquement dans tous les pays du monde". La cocaïne, en revanche, devient d'année en année une drogue typiquement nord-américaine, tandis que l'héroïne se vend essentiellement en Asie, en Europe et en Australie.

USA: Des cigarettes plus chères pour sauver des vies
Selon une étude publiée par la revue scientifique Preventive Medicine dans son numéro de septembre, plus de 2,3 millions de décès provoqués par le tabagisme pourraient être évités d'ici 2038 aux Etats-Unis si les autorités augmentaient d'un dollar les taxes sur les cigarettes. Les adolescents et les jeunes adultes d'aujourd'hui seraient les premiers épargnés si cette mesure était adoptée, car ils sont très sensibles au prix des cigarettes, expliquent les experts. Selon les chiffres de l'étude, 15,4% de la population américaine fumera en 2038, mais ce taux descendrait jusqu'à 10,8% en cas d'augmentation du prix des cigarettes.