Santé
Réduction des Risques
Usages de Drogues


Recherche dans SWAPS avec google
   

SWAPS nº 18

vers sommaire

Culture

Une critique de la pensée prohibitionniste

par Eric Malapert

Pour en finir avec les toxicomanies, Psychanalyse et pourvoyance légalisée des drogues, Jean-Pierre JACQUES, De Boeck Université, 1999

Le titre de cet ouvrage "Pour en finir avec les toxicomanies" est d'évidence quelque peu provocateur mais c'est dans son sous-titre "Psychanalyse et pourvoyance légalisée des drogues" que l'auteur en annonce son véritable contenu. Et d'emblée, en préliminaire, Jean-Pierre Jacques nous précise son projet: "l'objet et l'ambition principale de ce livre se mesurera à son aptitude à soutenir ceci : peut-on articuler une critique de la pensée prohibitionniste et de ses conséquences policières et pénitencières, avec pour les sujets dits toxicomanes, un abord clinique dont le tranchant soit fourni par les concepts fondamentaux de la psychanalyse". Il nous apprend à ce sujet que ce projet d'articuler la pourvoyance des objets et l'écoute clinique relève de l'"oxymoron*". On pouvait redouter à juste titre que, dans cet oxymoron, il s'y plante. Et bien pas du tout! Et son livre nous paraît être une source précieuse de réflexions aussi bien du côté des "pourvoyeurs" que des psychanalystes.
En effet, il s'agit d'un travail sérieux, dense et cependant d'accès relativement aisé sous couvert d'un peu d'attention. Contrairement à d'autres, l'auteur ne se contente pas d'exposer son seul point de vue et de développer sa thèse de façon "solipsiste". Tout au contraire, il aborde les principaux concepts en vigueur à propos de la toxicomanie à partir des positions et théories de divers spécialistes actuels de la toxicomanie. Et ce n'est qu'à partir d'un minutieux et savant travail d'analyse, de critiques et de déconstruction de ces divers concepts et positions qu'il élabore pas à pas sa propre théorie.

Il est bien entendu impossible de résumer ainsi en quelques lignes la richesse de ces 248 pages et ce serait de surcroît indélicat vis-à-vis de l'auteur et du lecteur qu'une présentation trop circonstanciée risquerait de priver du plaisir de découvrir par lui-même cet intéressant ouvrage.
Citons cependant comme ça, à l'encan, à titre d'illustration : la critique de la notion même de toxicomane qui, c'est bien connu, n'existe pas. L'étude des rapports drogue/plaisir, drogue/douleur, notions auxquelles l'auteur préfère substituer la notion de drogue comme "antalgique et tentative de guérison". On note également d'originales réflexions à propos de la causalité, de l'appétence, des équivoques de la dépendance, des bénéfices des traitements de substitution, mais aussi de leurs limites ; de la psychanalyse et de la délivrance de la méthadone avec le paradoxe de fait : "D'un côté la méthadone serait une servitude et la psychanalyse prétendrait en délivrer, en affranchir le sujet. D'autre part, la psychanalyse est inapplicable, voire inopérante avec les toxicomanes en exercice, à quelques exceptions près, sauf s'ils sont en traitement de substitution". Nous arrêterons là cet inventaire à la Prévert du fait de son côté par trop réducteur pour finir en mentionnant quelques chapitres particulièrement forts, voire héroïques. Il en est ainsi de celui comprenant un plaidoyer pour une déconstruction de l'idéal d'abstinence où l'auteur analyse en quoi la "monomanie de l'abstinence" peut être un facteur d'entretien de la toxicomanie. Comme le livre finit crescendo, Jean-Pierre Jacques poursuit en pointant "la sauvagerie de la loi pénale" et de ses conséquences et il renouvelle son indignation devant "ce processus d'entretien de la toxicomanie par les stratégies qui visent à l'abolir". C'est donc tout naturellement et dans la même foulée qu'il poursuit ses critiques des thèses prohibitionnistes et développe ses arguments en faveur de la pourvoyance de produits au sujet dépendant. Ceci pouvant lui octroyer l'opportunité d'une mise en parole et un accès à la symbolisation.

On aura compris qu'il ne s'agit pas d'un livre tiède. Chaque lecteur y trouvera des motifs de satisfaction notamment quand il y retrouvera finement développées les thèses qui sont les siennes. Chaque lecteur y trouvera également des motifs d'irritation. Mais chaque lecteur ne pourra que s'enrichir par les réflexions de ce très riche ouvrage qui se situe en plein cœur des questions actuelles sur la toxicomanie et du changement des paradigmes qui constituent son champ.



* Procédé qui consiste à unir deux mots en apparence contradictoires pour donner à l'expression d'une idée un caractère inattendu