TranscriptaseRevue critique
de l'actualité scientifique internationale
sur le VIH
et les virus des hépatites

   
Recherche dans les archives Transcriptases avec google.
Les archives contiennent les articles parus dans les N° 1 à 137.
Les articles des n° 138 et suivants sont publiés sur www.vih.org

n°99 - février-mars 02


Edito n°99

Gilles Pialoux
Hôpital Rothschild (Paris)








A l'heure où les prochaines recommandations du groupe Delfraissy, devraient limiter quelque peu les indications du traitement antirétroviral chez les personnes atteintes par le VIH, la lecture de la note critique de Jean-Paul Viard sur de "nouveaux arguments contre un début précoce du traitement antirétroviral" prend tout son sens. Non pas que l'on ait définitivement tourné la page du "traiter tôt et fort" du milieu des années 1990. Mais, dans l'infection par le VIH comme dans d'autres pathologies chroniques, l'histoire des prescriptions se doit désormais de mieux répondre à la dualité bénéfices-risques. Et la liste des risques, même si elle ne doit pas faire oublier celle des bénéfices en termes de mortalité et de morbidité, n'a de cesse de s'allonger : lipodystrophie, augmentation du risque cardio-vasculaire, cytopathie mitochondriale, diabète, ostéoporose, dyslipidémie... jusqu'aux coinfections VIH-VHC ou VIH-VHB, malmenées par les antirétroviraux. Ces coinfections, première cause de mortalité hors sida chez les personnes séropositives pour le VIH, sont l'objet dans ce numéro d'un dossier d'actualisation (voir le dossier dans ce numéro).
Qui plus est, la "charge virale VIH", outil virologique phare à l'époque (1996) où l'éradication paraissait à portée de main du clinicien - tout au moins le croyait-on -, n'est décidément plus ce qu'elle était. Les études rapportées et analysées dans cette livraison de Transcriptase attestent que seuls des CD4 bas influencent finalement - en caricaturant ces données issues de cohortes de milliers de patients en Europe comme en Amérique du Nord - le risque de progression clinique.

On voit donc clairement que le mot qui a le moins vieilli dans cette épopée antirétrovirale est "stratégie" - à écrire avec un "s" : stratégies de vie, bien sûr, mais aussi stratégies thérapeutiques, stratégies d'économie des molécules et... de la personne, stratégies de cotraitement en fonction des comorbidités, stratégies au long cours...