TranscriptaseRevue critique
de l'actualité scientifique internationale
sur le VIH
et les virus des hépatites

   
Recherche dans les archives Transcriptases avec google.
Les archives contiennent les articles parus dans les N° 1 à 137.
Les articles des n° 138 et suivants sont publiés sur
www.vih.org


n°118 - septembre/novembre

 


Les chiffres de la pandémie.

 

Mélanie Heard

PISTES

 








 

 

A Bangkok, à l’occasion de la parution du Rapport mondial de l’Onusida 2004, les chiffres de l’épidémie étaient comme à chaque conférence au centre des discours d’ouverture et de clôture.
Une ocasion de (ré)entendre des chiffres que nul n’est censé ignorer.
Plus de 20 ans et 20 millions de décès après le premier diagnostic de sida en 1981, près de 38 millions de personnes (fourchette 34,6 – 42,3 millions) vivent avec le VIH. En 2003, près de 5 millions de personnes ont été nouvellement infectées par le VIH, le chiffre annuel le plus élevé depuis le début de l’épidémie. Sur les 14000 nouvelles infections quotidiennes en 2003, 95% surviennent dans les pays en développement (voir carte). Cette même année, près de 3 millions de personnes sont mortes du sida (voir tableau 1).
Selon le rapport de l’Onusida, malgré l’augmentation du financement et de l’engagement politique, et les progrès accomplis pour élargir l’accès aux traitements du VIH, l’épidémie continue à avancer plus vite que la riposte mondiale. Aucune région du monde n’a été épargnée. L’épidémie reste très dynamique, et se développe en changeant de caractère au fur et à mesure que le virus exploite de nouvelles occasions de transmission.
En particulier, les taux d’infection se maintiennent à la hausse dans de nombreux pays d’Afrique subsaharienne. En 2003 seulement, on estime que 3 millions de personnes de la région ont été nouvellement infectées. De nouvelles épidémies semblent progresser sans frein dans d’autres régions, notamment en Europe orientale et en Asie – régions qui dans le monde connaissent les épidémies à la croissance la plus rapide.
Chaque session de Bangkok était l’occasion de revenir sur tel ou tel chiffre clé.
Ainsi, en décembre 2003, les femmes représentaient près de 50% de toutes les personnes vivant avec le VIH dans le monde, et 57% en Afrique subsaharienne.
En 2003, dans les pays à faible et moyen revenus, une femme enceinte sur dix seulement a bénéficié de services de prévention de la transmission mère-enfant du VIH.
Les jeunes de 15 à 24 ans constituent la moitié de toutes les nouvelles infections à VIH dans le monde. Presque 2000 infections quotidiennes surviennent chez des enfants âgés de moins de quinzeans.
Seules 7% des personnes qui ont besoin d’un traitement antirétroviral dans les pays en développement y ont accès – soit 400000 personnes à la fin de 2003.
Le sida a tué un des parents ou les deux de quelque 12 millions d’enfants en Afrique subsaharienne

Nouvelles estimations révisées

Le nombre de personnes vivant avec le VIH continue d’augmenter – de 35 millions en 2001 à 38 millions en 2003. Le rapport de l’Onusida présente les tendances mondiales les plus récentes et, pour la première fois, comporte des taux de prévalence du VIH révisés pour les années passées, ce qui permet de mieux comprendre comment l’épidémie se propage. Comparer ces dernières estimations avec celles qui ont été publiées ces dernières années est trompeur.
Pour la première fois, le rapport compare les nouvelles estimations pour 2003 avec les estimations révisées pour 2001 en s’appuyant sur de meilleures méthodologies. Bien que les nouvelles estimations mondiales soient légèrement plus basses que les estimations publiées auparavant, le nombre réel de personnes vivant avec le VIH n’est pas en recul, et l’épidémie en fait continue de progresser si on se base sur les estimations de 2001.

12 milliards de dollars d’ici 2005

A Bangkok, comme à Barcelone, il a été question d’argent. L’Onusida a publié de nouvelles estimations concernant les ressources nécessaires à l’échelle mondiale pour combattre efficacement l’épidémie dans le monde en développement. Pour la première fois, les estimations révisées reflètent les données recueillies auprès de 78 pays, dont un grand nombre sont en première ligne de l’épidémie de sida.
Bien que les dépenses mondiales sur le sida aient été multipliées par 15, de 300 millions de dollars en 1996 à un peu moins de 5 milliards de dollars en 2003, ce total couvre moins de la moitié des besoins estimés pour 2005 dans les pays en développement. Selon des estimations des coûts récemment révisées, quelque 12 milliards de dollars (à Barcelone, les estimations demandaient 10 milliards de dollars) seront nécessaires d’ici 2005, et 20 milliards de dollars d’ici 2007, pour la prévention et la prise en charge dans les pays à faible et moyen revenus.

Tableau 1. L’épidémie de VIH/sida dans le monde, décembre 2003
Onusida. Rapport mondial 2004

personnes vivant avec le VIH/sida

total
adultes
enfants < 15 ans

37,8 millions (34,6 - 42,3 millions)
35,2 millions (32,7 - 39,8 millions)
2,1 millions (1,9 - 2,5 millions)

personnes nouvellement infectées par le VIH

total
adultes
enfants < 15 ans

4,8 millions (4,2 - 6,3 millions)
4,1 millions (3,6 - 5,6 millions)
630 000 (570 000 - 740 000)

décès dûs au sida au cours de l’année 2003

total
adultes
enfants < 15 ans

2,9 millions (2,6 - 3,3 millions)
2,4 millions (2,2 - 2,7 millions)
490 000 (440 000 - 580 000)