TranscriptaseRevue critique
de l'actualité scientifique internationale
sur le VIH
et les virus des hépatites

   
Recherche dans les archives Transcriptases avec google.
Les archives contiennent les articles parus dans les N° 1 à 137.
Les articles des n° 138 et suivants sont publiés sur
www.vih.org


n°113 - décembre/janvier 04

 


BD et romans-photos : prévention ludique en Afrique

 

Sélection d'ouvrages réalisés par Agnès Durmort

Crips, Paris

 








 

 


HIV/AIDS Stand Up for Human Rights
A l'occasion de la Journée des droits de l'homme, trois institutions des Nations unies ont publié début décembre 2003 une bande dessinée interactive aux couleurs vives qui s'inscrit dans le cadre d'une campagne mondiale contre la stigmatisation, la discrimination et autres violations des droits de l'homme liées au sida. Lancée par le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l'homme, l'Onusida et l'Organisation mondiale de la santé, cette bande dessinée a pour objet de donner aux jeunes les moyens de promouvoir les droits de l'homme en rapport avec le VIH/sida, de démystifier la maladie et de combattre les mythes et les tabous associés au VIH et au sida. La bande dessinée explique aux plus jeunes comment le VIH se transmet et comment les gens peuvent se protéger. Pour combattre la discrimination, elle montre comment l'absence de sensibilisation au VIH/sida peut contribuer à la stigmatisation, à la discrimination et à la violation des droits de l'homme à l'encontre des personnes affectées par le VIH/sida, notamment par leurs pairs et par les professionnels de santé. Elle montre aussi comment la discrimination fondée sur le sexe peut empêcher les gens de se protéger contre l'infection à VIH et les empêcher en même temps de bénéficier du traitement, des soins et du soutien nécessaires.
www.who.int/hhr/news/en/cartoon%20complet.pdf

Contre le sida
Edité aux éditions Ceda (Abidjan), le livret d'activités "Contre le sida" est conçu sous forme de bandes dessinées, d'exercices et de jeux. Ce document a été réalisé par des enseignants et des consultants réunis au sein du Réseau école et développement (Red), mouvement regroupant les institutions protestantes scolaires d'Afrique occidentale et centrale. Les auteurs de ce livret ont pour ambition d'informer et de sensibiliser en priorité la jeunesse scolarisée de l'enseignement primaire, secondaire, technique et professionnel. Cet ouvrage illustré donne des informations sur les causes, les manifestations et les moyens de prévenir le VIH/sida. Les auteurs, de nationalités différentes, sont Hans Buhler, Jean Agbassi Djimon, Jacob Sovoessi et Marthe Mambe Beugre.
Editions Ceda,
04 BP 541 Abidjan 04
tél : (225) 21 24 65 10/11
fax : (225) 21 25 05 67
Info@ceda-ci.com


Nkosi Johnson, the legacy
La maison d'édition sénégalaise Senco 5, éditrice du journal Lamb Ji, vient de publier en anglais une bande dessinée intitulée "Nkosi Johnson, the legacy". Le jeune Nkosi Johnson était intervenu à Durban en 2000, en ouverture de la 13e Conférence internationale sur le sida. "Occupez-vous de nous. Nous sommes des humains comme vous. Nous avons les mêmes droits. N'ayez pas peur de nous", témoignait ainsi, devant plusieurs personnalités, le jeune Sud-Africain, séropositif à la naissance. Il fit, après ce discours poignant, la Une de plusieurs journaux dont certains quotidiens sénégalais. C'est ainsi qu'à sa mort, en juin 2001, Salif Bâ, déjà éditeur de l'album "Champion", destiné à la sensibilisation sur le sida en faveur du programme national sénégalais de lutte contre ce fléau, dit avoir eu l'idée de se rendre en Afrique du Sud afin d'immortaliser l'histoire du jeune garçon. Avec l'accord de Gail Johnson, la mère adoptive du jeune Sud-Africain, et l'appui technique du programme national sud-africain de lutte contre le sida, Salif Bâ, avec son équipe et le dessinateur Malang Sène (dit Kab's) ont réalisé cette bande dessinée lancée en octobre 2003 à Johannesburg. Le ministère de l'Education sud-africain compte en distribuer quelque 2 millions d'exemplaires dans les écoles sud-africaines puis celles de l'Afrique australe. C'est après cette étape qu'une édition en français de la bande dessinée sera envisagée.
Senco 5 : BP 7811 Dakar - Médina, Sénégal
tél : (221) 823 41 31 / 822 56 06
fax : (221) 842 23 82
e-mail :
senco@sentoo.sn

Mon laisser-passer
Un site camerounais à vocation plutôt économique propose une rubrique d'information sur le sida comportant notamment le texte d'une pièce de théâtre de sensibilisation intitulée "Mon laisser-passer" (surnom donné au préservatif) ainsi que la version en ligne de sa transposition en format bande dessinée, chaque scène faisant l'objet d'une planche distincte. Le scénario, élaboré par la ligue pour l'éducation de la femme et de l'enfant, aborde la question du dépistage, de la réaction à un résultat positif, des différents modes de transmission, de la négociation du port du préservatif avec son/sa partenaire, et de la solidarité avec les personnes touchées.
www.Gcnet.cm/CITE/SIDA/page accueil.htm
Ligue pour l'éducation de la femme et de l'enfant
BP 14702 Yaoundé, Cameroun
tél/fax : 22 40 01 / 701 446
e-mail :
pauline.biyong@camnet.cm


Marcelline et Jojo, un combat pour la vie
Cette bande dessinée, lancée à l'occasion de la campagne mondiale 2002/2003 de lutte contre la stigmatisation et la discrimination subies par les personnes vivant avec le VIH/sida, a pour objectif de promouvoir le concept de "vie positive", consistant à adopter attitudes et comportements susceptibles de favoriser une prise en charge efficace de la personne touchée, par elle-même et par ses proches. Elle évoque notamment le rôle des groupes de soutien par les pairs et prodigue des conseils sur la nutrition. Créée par A. Niamen, elle met en scène Jojo, jeune étudiant bouleversé par l'annonce de sa séropositivité, Marcelline, jeune femme séropositive et militante dans une association, et leur entourage familial et associatif.
Diffusion : SFPS (Santé familiale et prévention du sida) - Bureau de JHU/CCP
19, akosombo Street, Airport Residential, Accra, Ghana
cvondras@jhuccp.org

La rencontre
Le roman-photos "La rencontre" a été publié dans le no 373 de la revue Amina, en mai 2001. Aminata fait la connaissance de Teddy dans une entreprise qu'elle intègre en tant que stagiaire. Après quelque temps, ils décident de se marier.
A la suite d'une visite chez le médecin pour un test de grossesse, la jeune femme apprend par un test de dépistage qu'elle est séropositive. Après avoir réalisé ce roman-photos avec F. Bikindou, l'association Afrique Avenir a organisé en 2003 un concours de scénarios pour proposer une suite à l'histoire d'Aminata.
Afrique Avenir
22 rue des Archives
75004 Paris
tél : 33 1 42 77 41 31


A l'ombre du baobab
Des auteurs de bande dessinée africains parlent d'éducation et de santé
Cet album collectif paru en 2000 rassemble sur 60 pages 18 histoires racontées par des dessinateurs africains. Celles-ci traduisent les difficultés des femmes et des enfants à accéder à l'éducation et à bénéficier du droit à la santé. Elles évoquent notamment l'excision, les grossesses non désirées, le mariage forcé, l'éducation sexuelle.
Equilibres et populations
205 boulevard Saint-Germain 75007 Paris
tél : 33 1 53 63 80 40
fax : 33 1 53 63 80 50
e-mail :
info@equipop.org


Goorgoorlou, le cauchemar
A travers l'histoire de Goorgoorlou, docker et père de famille à Ndakaru, capitale de Sunugal, de son fils Modou et de l'amie de ce dernier, Elisa, cette bande dessinée de 50 pages destinée en première intention aux jeunes aborde les questions de la prévention du sida, du dépistage et des relations familiales.
Atelier Fons
BP 21636 Dakar - Ponty
Sénégal
tél : 634 13 64

Kenya
Succès fou pour une BD publiée en feuilleton dans la presse

L'extraordinaire popularité du feuilleton radio kenyan "Ushikwapo Shikamana" ("Si l'on t'aide, aides-toi toi-même") a conduit à la création d'une bande dessinée dans les pages du quotidien Taifa Leo qui renforce les messages sociaux et de santé contenus dans le feuilleton. Le Dr Kimani Njogu, qui est à l'origine des deux projets, a répondu aux questions de RAP 21 (Réseau africain de presse pour le XXIe siècle) :
Kimani Njogu : Le feuilleton radio "Ushikwapo Shikamana" met en scène la vie quotidienne dans trois environnements types du Kenya : un centre urbain, une banlieue et une région rurale, où les possibilités d'éducation et d'emplois rémunérés sont rares. La prévention du VIH/sida, la compassion pour les personnes atteintes du virus, et le sort des orphelins dont les parents sont morts du sida sont des thèmes importants de l'émission.
RAP 21 : Quelle a été la réaction du public face à la bande dessinée ? S'est-elle révélée un moyen efficace d'aborder un sujet difficile ?
Kimani Njogu : Oh, notre public l'adore ! Les médias nous consacrent des articles trois fois par semaine depuis quatre ans ! Nous recevons des lettres et des commentaires de toutes sortes de gens. Nous avons des réactions des prisons, des écoles et de lecteurs individuels. Je pense qu'il s'agit d'un moyen très efficace pour atteindre un grand nombre de gens et traiter de questions sensibles qui émeuvent les gens.

RAP 21 : Comment préparez-vous la bande dessinée ?
Kimani Njogu : Je travaille étroitement avec le rédacteur en chef de Taifa Leo et avec un dessinateur, un chercheur et un stagiaire des médias. L'équipe se réunit une fois par semaine pour déterminer l'orientation de la BD. Nous passons également en revue le script radio et nous cherchons des idées intéressantes sur le plan graphique. Nous préparons alors les dialogues. Le dessinateur travaille ensuite sur les croquis, que nous examinons et commentons. Les derniers détails sont finalisés et nous présentons la bande dessinée à Taifa Leo sous sa forme définitive. Chaque mois, les valeurs reflétées dans la BD sont passées en revue par le chercheur, qui analyse les lettres du public pour conseiller l'équipe.
RAP 21 : Vous avez commencé avec un feuilleton radio, puis vous êtes passé à une bande dessinée. Avez-vous d'autres projets en tête ?
Kimani Njogu : J'explore également l'utilisation de l'anglais et d'autres langues kenyanes pour développer la bande dessinée. Nous avons compilé les BD hebdomadaires dans une série d'albums en 2001. Ces albums sont distribués par le biais des magasins, des programmes d'alphabétisation pour adultes, et des associations féminines, religieuses et de jeunesse à travers l'ensemble du Kenya.


Gabon
Evaluer l'impact d'une BD

Réalisée en 1999 par les jeunes dessinateurs de l'association gabonaise BDBoom, " BDBoom explose la capote ! " propose une compilation des planches consacrées au thème du préservatif masculin issues de la revue BDBoom. Dans un article du numéro de Cahiers Santé de décembre 2003, intitulé " Sensibilisation sur le préservatif au Gabon (1999) : évaluation de l'impact d'une bande dessinée ", Jean-Marie Milleliri, assistant technique auprès du PNLS du Gabon à l'époque de la sortie de la bande dessinée, Alison Krentel et Jean-Loup Rey présentent les résultats d'une enquête d'évaluation de l'utilisation de cette bande dessinée pour la promotion de l'usage du préservatif masculin chez des élèves du secondaire à Libreville et Lambaréné. Menée auprès de 964 élèves lors de la distribution des albums et 771 élèves 15 à 30 jours après, l'enquête révèle un impact favorable de la lecture de la bande dessinée sur les connaissances des élèves, leur intention d'utiliser des préservatifs, leur souhait d'être informés sur le VIH/sida dans le cadre scolaire, et la bonne diffusion d'un outil comme la bande dessinée (7,5 prises en main par album) y compris en dehors du milieu scolaire.
Association BDBoom
C/o Centre Culturel Français - BP 2103 - Libreville, Gabon
tél : 241 37 25 63 ou 241 32 46 90
e-mail :
abdboomgabon @yahoo.fr
Cahiers Santé :
www.john-libbey-eurotext.fr